Question : « Hello, est-ce que quelqu’un ici à un cancer ovarien ? Je suis en chimio (suite à une opération) et je suis fatiguée et nerveuse tout le temps. Est-ce normal ? »

Réponse : « Hello, j’ai un cancer ovarien de stade 3, il a été trouvé en sept 2015. Je suis une chimio. Oui je suis fatiguée, nerveuse et j’ai des vertiges, bonne chance à nous deux. »

Voici le genre de conversations qu’ont les patients atteints de cancer, leurs familles et leurs amis sur l’application mobile Belong, qui aide les malades du cancer à échanger des informations et des conseils, partager leur expérience tout en ayant accès à des professionnels et à des experts.

L’application a été développée par les entrepreneurs israéliens, dont Eliran Malki, 45 ans, le co-fondateur et un PDG, qui ont tous perdu des membres de la famille suite au cancer. Ils ont tous réalisé que, à différentes étapes du traitement de leurs proches, des informations critiques manquaient et l’expérience et les connaissances n’ont été apprises qu’avec le seul recul.

Ils avaient le sentiment qu’il y avait un vide qui devait être rempli. Des informations précieuses pouvaient être partagées pour aider les autres à gérer le processus d’une manière intelligente, efficace et facile. Les patients doivent être en mesure de se libérer de leur sentiment de solitude et d’anxiété et d’obtenir le soutien et les conseils d’autres personnes qui comprennent leur situation.

Ils ont donc créé une application qui vise à les aider.

L'application Belong en anglais (Crédit : Autorisation)

L’application Belong en anglais (Crédit : Autorisation)

« Il n’y a aucune raison pour que chaque patient passe par ce combat tout seul et qu’il apprenne uniquement à partir de sa propre expérience », a estimé Malki, qui a perdu son grand-père et sa tante à cause du cancer. « L’expérience et la connaissance d’un grand nombre peuvent aider, améliorer et rationaliser le processus et, dans certains cas, même le résultat ».

L’application peut être téléchargée sans frais sur les appareils Android ou iOS. Les utilisateurs peuvent se connecter sous un pseudonyme s’ils le souhaitent et définir leurs champs d’intérêt.

Ainsi commence le voyage virtuel.

Grâce à une revue du traitement personnel, l’application fournit des conseils, suggère des questions, que le patient doit demander à leur médecin et propose des informations et des rappels sur chaque procédure et les tâches à venir.

Lorsque que les patients savent quelles questions poser avant une intervention chirurgicale – par exemple, quelle aiguille ils devraient demander pour la chimio, quand est-ce qu’ils devraient s’abstenir de prendre des vitamines et des suppléments – « cela fait une très grande différence », a déclaré Malki.

Eliran Malki de Belong (Crédit : Autorisation)

Eliran Malki de Belong (Crédit : Autorisation)

Belong utilise également la sagesse populaire des réseaux sociaux pour aider les patients à naviguer à travers les méandres de leur maladie. Des groupes d’utilisateurs se réunissent en fonction de leurs domaines d’intérêt et fournissent une assistance en ligne et du soutien à d’autres patients en fonction de leurs expériences. Ils partagent les procédures des traitements, obtiennent des conseils pour récupérer et font face à la douleur et la peur. Les familles peuvent également ouvrir des groupes privés avec des membres choisis en utilisant un canal de communication privé.

Dans d’autres groupes, les médecins et les professionnels médicaux répondent aux questions des patients et de leurs familles. Par exemple, on peut poser des questions aux médecins, aux radiologues, aux chercheurs qui travaillent sur les essais cliniques, les soins palliatifs et les effets secondaires.

En outre, un dossier médical numérique téléchargé dans l’application permet aux patients de conserver leurs dossiers médicaux dans un seul endroit, sans avoir à transporter des dossiers lourds. Des documents peuvent être partagés en privé avec les membres de la famille, les amis, les mentors et les médecins.

Belong est associé à la plupart des hôpitaux en Israël, a déclaré Malki, ainsi qu’à l’Hôpital général juif de Montréal au Canada.

L’application, qui a été lancée en janvier de cette année, a déjà quelques milliers d’utilisateurs en Israël, s’est réjoui Malki. Les patients la découvrent par le bouche à oreille et certains médecins ont commencé à distribuer des brochures Belong à leurs patients, s’est extasié Malki.

Ce qui rend l’application différente des autres forums de discussion sur le web est son accès mobile facile – les gens peuvent poser des questions alors qu’ils sont en chimio – et le fait que toutes les informations, les chats et les documents sont en un seul endroit.

La plupart des médecins et des spécialistes de Belong sont basés en Israël, a déclaré Malki, bien que la société ait l’intention d’étendre sa portée aux États-Unis dans un avenir proche. Les utilisateurs seront placés par défaut dans la section des États-Unis lorsqu’ils s’inscrivent, a-t-il expliqué. L’application existe déjà plusieurs langues : l’anglais, français, hébreu, espagnol, russe, et dans le futur, il existera en chinois également.

Ce qui incite les hôpitaux et les autres fournisseurs de soins de santé à faire partie du système Belong est que cela aidera leurs patients à traiter leur stress et les prépare pour les réunions, avec un gain de temps et d’argent pour les deux parties, a déclaré Malki.

Le principal modèle de revenus de la société prévoit de facturer les fournisseurs, les bureaux du ministère de la Santé et les compagnies d’assurance qui utiliseront l’application à l’avenir, a précisé Malki, comme cela peut considérablement réduire les coûts, dont la réduction peut aller jusqu’à des milliers de dollars par patient et permet d’économiser du temps en les préparant mieux pour le traitement.

Dr Raanan Berger, le directeur de l’Institut d’oncologie à l’hôpital Sheba à Ramat Gan et le secrétaire de la Société israélienne d’oncologie clinique et de Radiothérapie, gère le forum de Belong sur la médecine personnalisée du cancer. Il ne perçoit pas de salaire et il n’est pas lié à la compagnie de quelques manières que ce soit mise à part les services de consultation gratuites qu’il propose dans le cadre de l’application.

Dr Raanan Berger, le directeur de l'Institut d'oncologie à l'hôpital Sheba à Ramat Gan (Crédit : Autorisation)

Dr Raanan Berger, le directeur de l’Institut d’oncologie à l’hôpital Sheba à Ramat Gan (Crédit : Autorisation)

« L’application fournit aux patients quelque chose dont ils ont vraiment besoin : une orientation et de la direction », a déclaré Berger.

« Au-delà de la routine du diagnostic et du traitement qu’ils reçoivent du système médical, ils ont besoin d’une compréhension plus profonde de leurs préoccupations, quelque chose qui va apaiser leurs craintes et leur donner une certaine tranquillité d’esprit pour être en mesure de faire face [au cancer] ».

Le système est accessible et convivial, a-t-il ajouté. « En tant que médecin, cela me permet de contribuer à la communauté mais cela me permet aussi d’obtenir et être exposé à des cas et à des informations auxquels je n’aurais pas pu accéder autrement », a-t-il expliqué.

Le fait que l’application soit sur son téléphone portable, cela lui rend la tâche plus facile de répondre aux questions, même en déplacement et cela lui permet d’augmenter sa marque spécialisée dans la communauté en Israël et à l’étranger, a-t-il ajouté.

Belong a, à ce jour, réuni 1,5 million de dollars provenant d’investisseurs providentiels et va bientôt commencer une série de financements, a déclaré Malki, qui a précédemment fondé et géré des entreprises de haute technologie, y compris MoreVRP qui a été acquis par EMC.

Le financement de la santé numérique mondiale a atteint un nouveau sommet en 2015, totalisant près de 5,8 milliards de dollars avec 889 transactions. A titre de comparaison, il y a eu à 952 millions de dollars et 160 accords à l’échelle mondiale en 2010, selon les données compilées par CB Insights, une entreprise qui compile les données basée à New York.

Le financement en 2016 est resté élevé, à 3,6 milliards dollars au premier semestre de l’année, mais le nombre de transactions a ralenti, avec seulement 476 accords cette année, mettant le cap en dessous du nombre de transactions en 2015, a précisé la société de données dans un rapport datant du 17 juillet.

« Nous voulons que notre entreprise marche et aide les patients et leurs familles avec le cancer », a déclaré Malki. « Mais vous avez besoin de mettre en place une bonne équipe, de la technologie et des affaires commerciales pour cela, parce que si le côté commercial n’est pas fort, alors vous n’apportez pas suffisamment de valeur et vous ne pouvez pas continuer à faire du bien pendant longtemps ».