« Les sionistes n’ont aucun droit sur la terre sainte, » clame l’affiche que ces quelques hommes, les Neturei Karta ne sont en réalité qu’une poignée d’individus, baladent aux alentours du métro Convention dans le 15e arrondissement parisien. Non loin 70 nations discutent de l’avenir de la solution à deux États.

Ce groupe, virulemment anti-sioniste, à tel point que la maison mère des Neturei Karta, seulement modérément anti-sioniste pourrait-on dire, les a reniés, fait fureur auprès des activistes anti-sionistes.

Ces auto-proclamés rabbins, n’ayant que les « méfaits du sionisme » à la bouche, ont souvent été le clou des meetings de Dieudonné et même invité chez Mahmoud Ahmadinejad alors à la tête de la république islamique d’Iran.

Le site Slate les a suivis caméra sur l’épaule un après-midi à Paris, alors qu’ils distribuaient des tracts pour dénoncer l’emprise du sionisme sur Israël. Et bien sûr, leur présence n’a pas laissé indifférent.

Conspués par d’autres juifs religieux, la police a dû évacuer les Neturei Karta, qui commençaient à attirer l’attention de la manifestation pro-israélienne qui s’était donnée rendez-vous devant l’ambassade d’Israël. L’un d’eux n’a cependant pas échappé aux coups d’un homme casqué, malgré la protection de la police.

À l’appel de différentes organisations juives, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés ce dimanche 15 janvier à Paris. (Crédit : Glenn Cloarec/Times of Israel)

À l’appel de différentes organisations juives, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés ce dimanche 15 janvier à Paris. (Crédit : Glenn Cloarec/Times of Israel)