BERLIN (JTA) — La branche allemande du mouvement BDS pourrait être forcée d’abandonner le compte en banque qu’elle utilise pour récolter des fonds, selon un article du Jerusalem Post.

Jurgen Eikenbusch, porte-parole de la banque DAB de Münich, a déclaré jeudi à JTA qu’il ne pouvait pas confirmer qu’une décision avait été prise au sujet du compte de BDS-Kampagne nommé dans l’article de mardi du Jerusalem Post. Mais il a déclaré que la banque prenait les informations qu’elle avait reçues sur le groupe « très sérieusement » et prendrait, « si nécessaire, les mesures correspondantes ».

En général, la banque ne peut clôturer un compte sans explication, et donne un avis de 60 jours de délai au client. Les comptes liés à des activités illégales prouvées peuvent être clôturés plus rapidement.

La loi allemande n’interdit pas les campagnes anti-Israël à moins qu’elle n’appelle spécifiquement à la mort des juifs ou à la destruction d’Israël.

Mais DAB est une filiale de BNP Paribas, la banque française. En France, boycotter une nation ou ses citoyens est illégal, et le plus haut Conseil de la capitale a récemment voté des voeux condamnant la promotion du boycott anti-israélien pour des accusations d’incitations à la haine ou à la discrimination.

Selon le Jerusalem Post, en septembre dernier la Commerzbank d’Allemagne a clôturé un compte pro-BDS lié à des groupes qui appelle à la destruction d’Israël. Mais la banque n’a pas précisé pourquoi elle avait fermé le compte.

Le site internet de BDS-Kampagne liste toujours son compte en banque à la DAB.

Il n’a pas été possible de joindre par téléphone ou par e-mail un représentant du mouvement en Allemagne.