Après des années de recherche pour trouver l’emplacement idéal pour un deuxième aéroport international en Israël, la base aérienne de l’armée, Ramat David, en basse Galilée semblerait être la meilleure solution.

Ces derniers jours, le directeur général du ministère de la Défense, Dan Harel, et son collègue du ministère des Transports, Uzi Itzhaki, ont donné leur accord de principe pour transformer la base militaire en un aéroport civil.

Le site militaire de la vallée de Jezreel, qui est actuellement l’unique base des forces de l’armée de l’air dans le nord d’Israël, redeviendra une base militaire en cas d’urgence.

Selon Yedioth Ahronoth, le ministre des transports, Israël Katz, affirme que le but est que le nouvel aéroport soir prêt dans les cinq ans à venir une fois que le projet ait reçu l’approbation gouvernementale. Ce qui n’est pas encore le cas.

La manière dont le projet sera financé n’est pas encore définie et le ministère de la Défense refuse de financer seul ce nouvel aéroport.

Selon le projet, un nouveau terminal civil sera construit sur le site et les pistes d’atterrissage seront allongées.

Katz indique qu’une entreprise privée s’occupera de la gestion de l’aéroport, mais le contrôle du trafic aérien sera régi par les autorités gouvernementales compétentes.

Cet aéroport sera plus petit que Ben Gurion, explique-t-il. Seuls 6 millions de passagers y transiteront par année.

L’aéroport sera relié à la nouvelle extension du réseau ferré du pays, qui passera par Haïfa, la vallée de Jezreel et par Beit Shean une fois que les travaux seront finis.

La recherche d’un emplacement pour un nouvel aéroport en complément à l’aéroport international Ben Gurion à Lod est devenue urgente lorsque, cet été, plusieurs compagnies aériennes américaines et européennes ont brièvement suspendu leur vol vers et d’Israël après qu’une roquette ait atterri dans une ville proche de l’aéroport Ben Gurion en juillet durant le conflit contre le Hamas à Gaza.

D’autres emplacements possibles ont été étudiés et ensuite rejetés. La base aérienne de l’armée de Nevatim dans le Sud a été envisagée un temps, mais le projet a été abandonné car l’armée de l’air s’est opposée à l’utilisation de ce site.

Meggido, dans le nord d’Israël, était aussi une autre possibilité mais face à l’opposition des habitants de la région, on a écarté cet emplacement.

On avait aussi envisagé l’idée d’allonger les pistes de l’aéroport d’Haïfa dans la mer, mais la proximité des chaînes de montagne du Carmel auraient rendu impossible l’atterrissage de grands avions.