La communauté ultra-orthodoxe et une section de l’armée israélienne se sont opposées en face-à-face cette semaine, mais une fois n’est pas coutume, la loi d’incorporation récemment votée n’avait rien à voir là dedans.

Des haredim manifestaient contre un programme satirique diffusé le Jour de l’Indépendance à la Radio de l’Armée, au cours duquel un participant a exprimé en plaisantant son désir de manger des ultra-orthodoxes pour réduire leur nombre.

Le panel débattait des mérites des végétariens et des droits des animaux quand un participant, Niv Majar, a déclaré : « Personnellement, je mangerais bien des humains, des humains car qui voudrait blesser des animaux ? Réduisons la population, ça serait fantastique. »

Majar a immédiatement été interrogé par l’animateur, lui demandant qui il aimerait bien manger, et s’interrogeant sur les problèmes que cela impliquerait, « car cela doit être quelque chose que vous voulez tuer et que vous n’aimez pas, et quelqu’un qui ne serait pas repoussant à manger. »

Majar a répondu qu’il aimerait bien manger les ultra-orthodoxes.

« Tout le paradoxe est là, car les personnes dont je voudrais le plus réduire la population sont les haredim, mais ils auraient probablement un goût écœurant, cela serait très fade. »

Poursuivant la plaisanterie, le présentateur a suggéré que le penchant de la communauté pour les boulettes de matsa, une nourriture traditionnelle ashkénaze, pourrait être une raison de leur goût fade et désagréable.

Un présentateur de la Radio de l’Armée a clarifié ensuite lors du programme que « nous plaisantions car : a) ce n’est pas casher, b) ce n’est pas réalisable et c) tout cela était vraiment de l’humour. »

En réaction au programme, des membres de la communauté ultra-orthodoxe ont lancé une campagne dans les médias sociaux surnommée la « protestation contre les boulettes de matsa ». Les utilisateurs de Facebook ont changé leur photo de profil, et le statut : « Je, [nom], sens mauvais, mange des Knaidlach, et remercie la Radio de l’Armée de me l’avoir rappelé » s’est rapidement répandu, selon l’information du site ultra-orthodoxe Kikar Hashabbat.

Les activistes du mouvement Dossim, qui déclare combattre les incitations à la haine contre les ultra-orthodoxes, a manifesté devant les studios de la Radio de l’Armée à Jaffa ce mercredi après-midi, en distribuant des boulettes de matsa aux passants.

« Nous sommes venus soulager la peur des employés de la Radio de l’Armée envers la nourriture traditionnelle », a déclaré Yair Taylor, un représentant du projet. « Nous attendons de vraies excuses de la part de la Radio de l’Armée, et la mise en place de procédures adéquates pour éviter des événements similaires. »

Rivka Heinman, une avocate ultra-orthodoxe, a déposé une plainte pour incitation à la violence contre la Radio de l’Armée jeudi. Elle a fait face au scepticisme des officiers de la police israélienne qui lui ont dit que si l’on allait bien faire une enquête, celle-ci serait certainement classée sans suite.

La police a affirmé à Heinman que dans des « émissions satiriques comme celle-ci n’ayant pas de limites claires, ce que l’on y dit est considéré dans le domaine du permis. »

Une déclaration de la Radio de l’Armée a souligné que « les propos tenus lors de l’émission ne représentent pas les opinions de la Radio de l’Armée, ces propos n’avaient pas leur place. Immédiatement après l’émission, l’animateur de la Radio de l’Armée a bien souligné qu’il s’agissait d’un programme satirique et d’humour, et qu’il n’avait pas l’intention de blesser la population ultra-orthodoxe, « nous nous excusons auprès de ceux que nous avons offensés. »