Le site Srugim spécialisé dans l’information auprès de la communauté religieuse sioniste rapporte une immense solidarité avec la famille du commandant Benaya Sarel, tombé au combat le 1er août 2014 durant l’opération Bordure protectrice à Gaza.

Le commandant Benaya Sarel de l’unité Givati avait 26 ans.

Il connaissait les dangers de combattre à Gaza et expliquait en 2009 qu’en tant que soldat « tu n’as pas le privilège d’avoir peur, tu ne peux pas te permettre de te laisser envahir par la peur, même si ton corps tremble de terreur, » rapporte le site The Algemeiner.

Srugim rapporte que des familles à travers tout Israël ont décidé de prénommer leur enfant Benaya en mémoire du soldat.

Une centaine de bébés porteraient aujourd’hui ce prénom qui est loin d’être répandu en Israël, ce prénom étant caractéristique des familles religieuses sionistes.

L’histoire de ce soldat avait ému Israël. Ce dernier laissait derrière lui une fratrie de sept frères et soeurs, et une fiancée dont le mariage était prévu trois semaines plus tard.

Des familles aussi bien laïques que religieuses ont rendu honneur au destin de ce soldat. Certaines familles ont même été jusqu’à inviter les parents à la brit-mila de leur bébé.

La solidarité a de multiples visages en Israël.