Au moins cinq policiers et quatre civils ont été blessés mercredi par l’explosion d’une bombe devant l’université du Caire, au centre de la capitale égyptienne, a annoncé la police à l’AFP.

L’Egypte est le théâtre d’une vague d’attentats visant les forces de l’ordre depuis que l’armée a destitué et arrêté en juillet 2013 le président islamiste Mohamed Morsi.

Ces attentats sont le plus souvent revendiqués par des groupes jihadistes en représailles, selon eux, à la répression sanglante qui s’est abattue depuis plus d’un an sur les pro-Morsi.

L’engin, « de confection rudimentaire » selon un haut responsable de la police, a explosé en milieu d’après-midi devant l’entrée de l’université, dernier carré de la contestation contre le régime du président Abdel Fattah al-Sissi, l’ex-chef de l’armée qui a destitué M. Morsi le 3 juillet 2013.

Au moins cinq policiers et quatre civils ont été blessés, a-t-on indiqué au commissariat situé non loin du campus.