Berlin – Une caricature du créateur du réseau social Facebook, Mark Zuckerberg, publiée dans un journal allemand, a entraîné les accusations d’antisémitisme de la part de l’artiste et du journal.

Pour commenter l’acquisition de l’application Whatsapp par Facebook, annoncée la semaine dernière, l’artiste Burkhard Mohr a dessiné l’entrepreneur juif de 29 ans, en s’inspirant d’une pieuvre essayant de contrôler les « réseaux sociaux. »

Le dessin a été publié dans le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

Avec ses traits grossis : un long nez et des grosses lèvres, les critiques comparent la pieuvre aux caricatures publiées par l’artiste, réputé extrêmement antisémite, Julius Streicher, parues dans la revue Der Stuermer de l’époque nazie.

Le centre Simon Wiesenthal a protesté contre le dessin. Le doyen du centre, le rabbin Abraham Cooper, a affirmé au quotidien Algemeiner que le dessin était une « outrance » illustrant l’antisémitisme de l’artiste.

Cependant, Mohr a nié ces accusations, il a annoncé au Jerusalem Post qu’il était choqué par l’interprétation de son dessin et s’est excusé.

Il a depuis remplacé le visage de la caricature de Zuckerberg par une gueule béante.