C’était il y a 13 ans, le groupe de hip-hop Hadag Nahash a collaboré avec l’écrivain David Grossman pour écrire « The Sticker Song » de 2004, une chanson ingénieuse et accrocheuse sur Israël et sa politique en utilisant des slogans retrouvés sur des auto-collants trouvés partout en Israël et recueillis par Grossman.

Cette semaine, Hadag Nahash a fait un remake hâtif et impromptu de « The Sticker Song » lorsqu’ils étaient les invités de la station de radio Galgalatz.

DJ Hadar Marks leur a donné des mots-clés sur les embouteillages et ensemble avec le groupe WhatsApp « Nation of the Road », composé d’auditeurs, ils ont réécrit les paroles.

« Nous célébrons les 13 ans de l’album ‘Matériel local’ », a déclaré l’animatrice de radio, Marks. « Et l’une des meilleures chansons était ‘The Sticker Song’, avec les paroles excellentes de David Grossman. Maintenant, il n’y a plus d’auto-collants, donc nous avons pensé que nous allions vous laisser les gars …. »

« Comment pourraient-ils nous mettre le plus dans l’embarras », a interrompu en plaisantant Shaanan Streett, le chanteur de Hadag Nachash.

Ecrire « Une chanson des embouteillages ? », a suggéré Marks.

Voici la chanson originale :

Marks a présenté un nouveau défi aux rappeurs hébreux, en leur donnant des mots recueillis auprès des auditeurs de Galgalatz sur les embouteillages interminables du pays, ou « pkakim », le mot hébreu pour le rétrécissement de la route.

Cela a donné quelque chose comme ça :

« La route côtière nous retarde.
De HaSira jusqu’à Netanya,
Il y a des embouteillages dans le nord aussi,
De l’intersection de Rama jusqu’à Hananya.
Il n’y a pas de mouvement à Lehavim,
Il y a un poste de contrôle à Haruvim.
De l’Ayalon au nord et au sud
Waze pour tous
Moovit pour tout le monde
Il n’y a que des embouteillages dans le monde ».

Hadag Nahash célèbre la bar-mitsva de son album de 2004, « Local Material », avec des spectacles à travers tout le pays.