Le Premier Ministre belge Elio Di Rupo a salué dimanche « l’avancée dans l’enquête sur la fusillade du Musée Juif de Belgique » et a réclamé une coopération européenne contre les djihadistes.

M. Elio di Rupo a précisé s’être entretenu avec le Président français François Hollande après l’annonce de l’arrestation en France d’un Français au profil djihadiste soupçonné d’être l’auteur de la tuerie commise dans le Musée Juif de Bruxelles le 24 mai.

Le chef du gouvernement belge a demandé « un renforcement des dispositifs de suivi, de contrôle et de sanction des mouvements radicaux violents, en Belgique, mais également sur l’ensemble du territoire européen, afin d’éviter que de telles tragédies se reproduisent ».

Il a également demandé une « intensification de la collaboration entre les différents Etats Membres concernant les personnes qui partent combattre en Syrie et retournent ensuite dans leur pays ».

La ministre de la Justice belge Annemie Turtelboom a annoncé l’intention des autorités belges de demander une discussion sur les problèmes posés par les départs de jeunes européens pour la Syrie où ils rejoignent des mouvements radicaux lors des réunions des ministres de l’Intérieur et de la Justice des 28 pays de l’UE jeudi à Luxembourg.

Des filières de djihadistes

Quatre personnes ont été arrêtées lundi matin en région parisienne et dans le sud de la France en lien avec des filières djihadistes, trois jours après l’arrestation d’un Français soupçonné d’être le tueur du Musée juif de Bruxelles, a annoncé le ministre de l’Intérieur.

« Il y a des gens qui recrutent des djihadistes (…) Il y a à l’heure où je vous parle des arrestations en Ile-de-France et dans le sud de la France », a déclaré Bernard Cazeneuve à la radio Europe 1 évoquant, sans autre précision, quatre personnes interpellées.

« Je ne vous en dirai pas plus », a-t-il ajouté, se bornant à vanter les « résultats » d’une « traque » qu’il veut « totale ».

Il ne faut « laisser aucune chance à ces terroristes », a-t-il dit.

Un Français d’origine maghrébine de 29 ans, Mehdi Nemmouche, a été arrêté vendredi à Marseille dans le sud de la France, lors d’un contrôle douanier inopiné à bord d’un bus en provenance de Bruxelles.

Alors qu’il était en possession d’une Kalachnikov et d’un revolver et qu’il était fiché par les services de renseignement intérieur pour s’être rendu en Syrie en 2013, les enquêteurs ont rapidement fait le lien avec la tuerie du 24 mai à Bruxelles, qui a fait trois morts et un blessé qui est encore entre la vie et la mort.