Une délégation de représentants de l’OLP doit arriver mardi à Gaza pour entamer les pourparlers de réconciliation avec le Hamas.

Le dirigeant palestinien Mustafa Barghouti a déclaré que les parties discuteraient de l’établissement d’un gouvernement unitaire et de la tenue des prochaines élections.

L’initiative a lieu alors qu’Israël, l’Autorité palestinienne et les Etats-Unis tentent de prolonger les négociations de paix au-delà du délai initial du 29 avril.

Moussa Abu Marzouk, un haut responsable du Hamas, a voyagé lundi depuis l’Égypte pour rencontrer le Premier ministre de Gaza Ismaël Haniyeh.

Le Hamas a libéré dix prisonniers du Fatah avant les discussions en geste de bonne volonté.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a pour sa part ironisé lundi sur les efforts de réconciliation lors de la fête populaire de la Mimouna à Or Akiva, au nord de Netanya.

« Aujourd’hui, nous voyons l’Autorité palestinienne, qui parlait hier de dissolution, discuter d’unité avec le Hamas. Ils devraient décider s’ils veulent se dissoudre ou s’ils veulent s’unir, et quand ils voudront faire la paix, qu’ils nous préviennent », a déclaré Benjamin Netanyahu.

Les Palestiniens ont décidé de relancer leurs efforts de réconciliation interne en l’absence de progrès dans les négociations de paix avec Israël, à une semaine de la fin des neuf mois impartis pour parvenir à un accord.

Une délégation de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est attendue mardi à Gaza pour tenter de ressusciter le processus de réconciliation interpalestinienne.

La délégation est conduite par Azzam al-Ahmad, un dirigeant du Fatah, le mouvement nationaliste dirigé par le président Mahmoud Abbas.

Al-Ahmad est accompagné du député indépendant Moustafa Barghouti, de l’homme d’affaires Munib al-Masri et des représentants de deux partis de gauche : Bassam Salhi (Parti du peuple palestinien, PPP) et Jamil Chéhadé (Front arabe palestinien).