Une délégation du mouvement terroriste palestinien du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, est arrivée lundi à Téhéran pour rencontrer des responsables iraniens, ont rapporté les médias locaux.

La délégation dirigée par Mohammed Nasr, membre du bureau politique du Hamas, comprend notamment Oussama Hamdan, chargé des affaires internationales, ainsi que le représentant du mouvement en Iran, Khaled al-Qadumi, selon l’agence Tasnim.

Les médias iraniens n’ont pas donné de détails sur le programme ou la durée de cette visite.

La venue de la délégation ouvre « une nouvelle page » dans les relations entre le Hamas et l’Iran, a estimé Amir Moussavi, chef du Centre d’études stratégiques et de relations internationales basé à Téhéran.

Elle prépare également une visite prochaine du chef du Hamas en exil au Qatar, Khaled Meshaal, a-t-il ajouté sur le site internet du quotidien palestinien Al-Ressalah, lié au Hamas.

Les relations entre le Hamas et l’Iran sont tendues depuis le début du conflit syrien en mars 2011. Khaled Mechaal a rompu avec le régime de Damas, où il était basé auparavant, tandis que Téhéran est resté le principal allié régional de Bachar al-Assad.

« Il y a eu ces dernières années quelques différences, notamment sur le dossier syrien, mais les liens se sont maintenus » avec Téhéran, avait déclaré le chef du Hamas lors d’un entretien exclusif avec l’AFP à Doha en août.

« Ce qui nous unit, c’est notre combat commun contre l’occupation israélienne », avait-il souligné.

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’existence d’Israël, fournit aux membres palestiniens du Hamas et du Jihad islamique la technologie nécessaire pour la fabrication de missiles utilisés pour frapper les villes israéliennes depuis l’enclave palestinienne.

Fin juillet, pendant l’opération israélienne sur Gaza, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, avait appelé les Palestiniens à « poursuivre la lutte armée et l’étendre à la Cisjordanie ».