Le président de la Confédération suisse, Johann Schneider-Ammann, se rendra à Téhéran du 26 au 28 février prochain.

Lors de cette visite d’Etat officielle, le président sera accompagné d’environ une quarantaine de patrons suisses dans l’objectif de relancer les relations économiques entre les deux pays rapporte RTS info.

Beaucoup de chefs d’entreprises voulaient ainsi se rendre en Iran, mais seulement une quarantaine a été sélectionnée, suscitant de nombreuses critiques.

Les entreprises qui effectueront le voyage tiennent à garder leur anonymat pour des questions de sécurité. Ces dernières qui ont des clients aussi bien aux Etats-Unis qu’en Israël ne veulent pas rendre leur voyage public.

D’autre part, la Suisse a annoncé que tous les secteurs de l’économie seront représentés.

La durée du voyage en Iran, considérée comme insuffisante pour mettre en place des relations économiques, a été vivement critiquée en Suisse.

« Ce qui est important, c’est la valeur de la visite. Ce qui est important, c’est de renouer les contacts au niveau industriel et aussi au niveau des autorités, » a assuré Philippe Welti, président de la Chambre de commerce Suisse-Iran et ancien ambassadeur de Suisse à Téhéran.