RAMLE, Israel — Le site, une parcelle broussailleuse pour un centre de service Skoda et quelques voies de chemin de fer, ne ressemble pas à grand chose maintenant, mais d’ici à quelques années, ce terrain d’une ville de classe moyenne aux alentours de Tel Aviv pourrait accueillir la clef pour sauver des milliers de vie, en cas de guerre ou de catastrophe naturelle.

Mercredi, le service médical Magen David Adom (MDA) a posé les bases pour une banque de sang dernier cri entre Jérusalem et Tel Aviv, expliquant que le bâtiment souterrain sera protégé des frappes de missiles et des tremblements de terre.

Le professeur Eilat Shinar, chef du service du sang de MDA, explique qu’elle espère que le complexe à 385 millions de shekels, soit 93 millions d’euros, sera construit d’ici trois ans, mais elle admet être optimiste.

« Certains disent qu’il sera prêt dans cinq ans », a-t-elle déclaré au Times of Israël après la cérémonie.

Les plans de la nouvelle banque de sang du Magen David Adom à Ramle (Crédit : Magen David Adom)

Les plans de la nouvelle banque de sang du Magen David Adom à Ramle (Crédit : Magen David Adom)

Magen David Adom, l’équivalent israélien de la Croix Rouge financé par des dons privés, dirige la banque de sang centralisée du pays, fournissant des réserves de sang aux hôpitaux civils dans tout le pays et à l’armée.

Sa banque de sang actuelle, construite dans les années 1980, est située dans le Centre médical Sheba en dehors de Tel Aviv. L’équipement garde en réserve plus de 250 000 unités de sang, assez pour faire rougir n’importe qui ayant peur du sang, mais n’est pas bien protégé contre d’éventuelles attaques.

Une donneuse de sang dans un centre mobile de don de sang du Magen David Adom le 9 juillet 2008 (Crédit : Daniel Dreifuss / Flash90)

Une donneuse de sang dans un centre mobile de don de sang du Magen David Adom le 9 juillet 2008 (Crédit : Daniel Dreifuss / Flash90)

Ce complexe, qui a été construit avant l’arrivée massive de Juifs de l’Union soviétique en Israël au début des années 1990, pourrait rapidement s’avérer être « trop petit pour accueillir toutes les activités que nous avons besoin d’effectuer afin de répondre aux demandes en croissance », de la population plus grande et en augmentation du pays, a déclaré Shinar.

Presque tous les intervenants à la cérémonie ont souligné la diversité d’Israël et ont dit que le sang ne connaît pas de race ou de foi, ignorant les critiques actuelles sur le refus du ministère de la Santé d’accepter les dons de sang de la part des Israéliens nés en Ethiopie et des hommes homosexuels.

La nouvelle banque de sang, le Centre National des Services du Sang Marcus, appelé ainsi en hommage au co-fondateur du dépôt Bernie Marcus, pourra conserver 500 000 unités, deux fois la capacité du complexe actuel, et le MDA prévoit de conserver le complexe actuel en solution de secours, explique Shinar.

En outre, si la position géographique de l’actuelle banque du sang en dehors de Tel Aviv était alors considérée comme assez loin des frontières pour garantir une protection contre les attaques, une attaque de missile Scud en 1991 et les guerres suivantes ont fait voler en éclat cette idée et ont montré que le complexe était vulnérable aux missiles du front du nord d’Israël, de Gaza et même d’Irak », a-t-elle déclaré.

Le directeur du Magen David Adom, Eli Bin, lors de la cérémonie de pose de la première pierre pour la nouvelle banque de sang à Ramle, le 16 novembre 2016 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

Le directeur du Magen David Adom, Eli Bin, lors de la cérémonie de pose de la première pierre pour la nouvelle banque de sang à Ramle, le 16 novembre 2016 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

« Israël a besoin d’une banque de sang qui soit moderne, protégée des missiles et des tremblements de terre », a déclaré le chef du MDA Eli Bin.

Shinar, qui travaille au MDA depuis 1988, a évoqué la guerre la plus récente d’Israël, l’opération Bordure protectrice de 2014 à Gaza, et les 50 jours que les employés de la banque de sang ont passé à courir pour se rendre aux abris anti-bombes lorsque le son des sirènes d’alerte de roquette retentissait.

La nouvelle banque de sang sera un abri anti-bombe, permettant aux travailleurs de travailler comme à la normale pendant « une attaque terroriste et un opération militaire », a déclaré Shinar dans son discours.

Les plans pour les portions souterraines de la nouvelle banque du Magen David Adom à Ramle (Crédit : Magen David Adom)

Les plans pour les portions souterraines de la nouvelle banque du Magen David Adom à Ramle (Crédit : Magen David Adom)

L’immeuble à six étages disposera de trois étages au dessus du sol, un espace bureau, une cafétériat, un auditorium, et trois étages souterrains où le sang sera traité et conservé, a-t-elle déclaré.

Bien sûr, décentraliser l’approvisionnement de sang, le répartir dans tout le pays offrirait aussi une protection contre une attaque, mais le coût prohibitif du maintien de multiples banques de sang rend cette idée presque impossible, a expliqué Shinar.

Forcé de trouver un lieu qui conviendrait au complexe, le MDA s’est rapidement décidé pour Ramle. Situé au centre du pays, près de grands axes routiers et à proximité de l’Aéroport international Ben Gourion, le complexe du MDA sera capable de fournir en sang tous les hôpitaux du nord, à Safed, au Sud, à Eilat, grâce à des camions de transport et, dans certains cas, par avion, a déclaré Shinar.

Avec ce nouveau complexe et ses laboratoires, Shinar et son équipe seront capables de tester des pathogènes sanguins plus récents, comme le virus Zika, qui est apparu dans les années qui ont suivi la construction de la première banque du sang. Cela permettra aussi de mener des tests plus efficaces sur les pathogènes plus anciens, a-t-elle ajouté.

Le financement du complexe, à hauteur de 93 millions d’euros, provient de donations des Amis Américains du MDA. Un quart de l’argent viendra de la Fondation de la Famille Marcus, tandis que le reste vient « de plus petites donations d’1 million, ou 1,5 million de dollars », a précisé Shinar.

L'ambassadeur des États-Unis en Israël, Dan Shapiro, lors de ka cérémonie de pose de la nouvelle banque de sang du Magen David Adom à Ramle, le 16 novembre 2016 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, Dan Shapiro, lors de ka cérémonie de pose de la nouvelle banque de sang du Magen David Adom à Ramle, le 16 novembre 2016 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

Environ trois quarts, soit 285 millions de shekels (70 millions d’euros), du financement ont déjà été rassemblés, et le MDA cherche des donateurs pour fournir les dizaines de millions restants. MDA espère également que le gouvernement lui accordera quelques avantages fiscaux, pour aider à amortir les coûts de construction.

Selon l’ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro, qui s’est exprimé à la cérémonie, c’était seulement le dernier exemple en date du soutien des Juifs américains pour le Magen David Adom, en référence à l’effort du gouvernement américain, d’il y a environ dix ans, de faire reconnaître l’organisation israélienne par la communauté internationale.

Shapiro achevera probablement son service en tant qu’ambassadeur américain dans les prochains mois alors que le président élu Donal Trump nommera un remplaçant. Le MDA en a donc profité pour remercier l’ambassadeur de son soutien et ses « donations régulières » à la banque de sang de l’organisation.

Après avoir fait une petite blaque sur la Knesset, le ministre de la Santé Yaakov Litzman a salué les donateurs et le MDA, racontant au public une de ses visites à un hôpital de Jérusalem l’année dernière où des victimes du terrorisme étaient apportées. Là-bas, a-t-il déclaré, il a vu de ses yeux le besoin de donations et d’un nouveau complexe.

« Le sang sauve des vies », a-t-il conclu.