L’université Peer Tafnit Holon a suspendu mardi une conférencière après qu’une vidéo a été mise en ligne. L’on peut y voir l’enseignante en train de se disputer avec des étudiants éthiopiens et lancer : « Vous oubliez d’où vous venez. Retour en l’Ethiopie. »

La dispute a commencé lundi lors d’un débat en classe sur la violente manifestation qui a eu lieu à Tel-Aviv, Place Rabin, la veille, au cours de laquelle des Israéliens d’origine éthiopienne se sont rassemblés pour dénoncer la brutalité policière et le racisme institutionnalisé.

Une des étudiantes, Osnat Terunech, dont les parents ont quitté l’Ethiopie pour venir s’installer en Israël, avait pris part à la manifestation.

« Les Ethiopiens prennent le pays », a déclaré Aviva, la conférencière dont le nom n’a pas été divulgué.

Terunech a reproché à son enseignante d’avoir exprimé ses opinions politiques dans une salle de classe.

« Vous êtes censée garder vos opinions pour vous », a-t-elle poursuivi.
« Vous représentez une institution ! ».

« Personne ne me fera fermer ma bouche », lui a répondu la professeure. « Vous savez quoi ? Il est temps que vous fermiez tous vos bouches. »

« Que voulez-vous dire par ‘vous tous’ ?» a demandé Terunech.

« Les Ethiopiens ! », s’est écriée l’enseignante.

Lorsque Terunech a refusé de quitter la classe, l’enseignante a appelé la sécurité du campus, indique la Deuxième chaîne.

Après qu’elle soit finalement sortie de la salle, la conférencière s’est adressée au reste de la classe. « Quels insolents ! », s’est-elle exclamée. « Il y a quelques années, ils n’auraient jamais osé ouvrir la bouche. »

« Ils ne comprennent pas une chose : Ils sont différents de nous. Et ils doivent l’accepter », a ajouté l’enseignante.

Un autre étudiant lui a répondu : « Aucun d’entre eux n’est différent de nous. Ils sont Juifs tout comme nous. »

Un autre a ajouté : « C’est du pur racisme de dire une chose comme
ça. »

Selon Terunech, le reste des élèves a quitté la classe en signe de protestation peu de temps après.

Terunech a réagi mardi à la vidéo pendant les informations de la Deuxième chaîne : « c’est la première fois dans ma vie [que j’ai vécu quelque chose comme ça]. »

« J’ai été surprise. Je suis blessée. »

« Comment se fait-il que quelqu’un qui est censé m’enseigner, me donner une éducation, peut dire de telles choses ? », s’interroge-t-elle.

L’enseignante, Aviva, a également réagi à l’incident, en défendant sa position. « Qu’ai-je dit ? », a-t-elle demandé. « Celui qui n’aime Israël n’a pas à y rester ; voilà tout ce que je dis. »

« [Terunech] m’a insulté, le gouvernement, la police, le collège. Elle a commencé à crier comme une folle, a aussi affirmé Aviva. Elle pensait qu’elle était encore à une manifestation sur la Place Rabin. »

Ces insultes ne figurent pas dans la vidéo, et Terunech a catégoriquement nié une telle chose. « Je suis choquée par ces mensonges.

L’université a publié un communiqué au sujet de l’incident.  « L’enseignante a été suspendue et a été convoquée à une audience pour présenter sa version des faits. »