Une enseignante de crèche a été suspendue de son poste et doit être convoquée pour une audience après que des enfants de trois ans sous sa garde soient rentrés chez eux mercredi après-midi avec des étoiles jaunes accrochées à leurs chemises en commémoration du Jour du Souvenir de l’Holocauste jeudi.

Une autre mère a écrit sur Facebook qu’elle était « consternée, totalement sous le choc, éprouvant des difficultés à s’exprimer et refusant de croire en la direction dans laquelle l’éducation de nos enfants va ».

Elle a posté une photo de sa fille portant une étoile jaune en papier avec « Jude », et a écrit : « Voilà comment ma fille de trois ans et demi est rentrée de la crèche aujourd’hui ».

La mère a réprimandé la crèche pour son manque de sensibilité et a expliqué que l’étoile jaune a perturbé les enfants qui l’ont vu comme un prix.

« Dans le monde d’un enfant, lorsque vous leur donnez un autocollant ou un symbole, c’est interprété comme un prix ou quelque chose indiquant qu’ils se conduisent bien, c’est très, très loin de la signification de ce symbole, avec son très lourd fardeau, beaucoup trop lourd pour de jeunes enfants », a-t-elle déclaré. Le message « pouvait être transmis d’une manière correcte et modérée pour des enfants de cet âge », a-t-elle souligné.

Que se serait-il passé si l’un des grands-parents des enfants, un survivant de l’Holocauste, était venu les chercher ?, a-t-elle demandé.

Le ministère de l’Education a déclaré en réponse que l’enseignante avait été suspendue, et serait convoquée pour une audience. Le ministère a insisté qu’il prenait le cas au sérieux, selon la Deuxième Chaîne.

La municipalité de Rishon Lezion a souligné que tous les enseignants avaient reçu des instructions explicites sur comment aborder le sujet avec les jeunes enfants, et l’enseignante en question n’avait pas respecté la directive.

Cette année marque la première année que les études de l’Holocauste étaient enseignées dans les crèches, dans le cadre d’un nouveau programme du ministère de l’Education. Selon le programme, les enfants en crèche doivent aborder le sujet à l’approche de la Journée du Souvenir de l’Holocauste. Les raisons derrière la décision, a expliqué le ministère l’année dernière, est que les enfants sont au courant de l’information sur l’Holocauste ce jour là, avec les syrènes de mémoire, la TV et la radio, mais manquent d’un cadre cohérent pour comprendre les événements. Les enseignants doivent informer les enfants de manière générale sur l’histoire tout en protégeant leur sens de la sécurité, a-t-elle dit.

Des éducateurs de crèche ont reçu l’instruction d’éviter de montrer des images ou de décrire des atrocités de toute sorte qui puissent effrayer les enfants, pour insister sur le fait que les événements ont eu lieu bien loin et il y a longtemps. Ils devaient souligner l’héroïsme des Juifs et des non-Juifs lors de cette période.