Valerie Plame Wilson, une ex-agent de la CIA, a été critiquée jeudi après avoir tweeté un lien vers un article intitulé : « Les Juifs américains sont en train de diriger les guerres américaines ».

Wilson, dont l’identité en tant qu’agent de la CIA a été divulguée par un responsable de l’administration de l’ancien président George W. Bush en 2003, a quitté l’agence en 2005. Elle a d’abord défendu l’article, écrit par Philip Giraldi, mais elle a ensuite tenté de revenir sur ses propos en présentant ses excuses.

L’article comprenait des déclarations affirmant que quiconque touche au sujet de la relation israélo-américaine et aux Juifs américains courrait le risque de faire un « voyage rapide vers l’obscurité » parce que « les groupes juifs et les donateurs individuels à la poche profonde contrôlent non seulement les politiciens mais ils possèdent et dirigent les industries des médias et du divertissement ».

Évoquant une guerre potentiellement imminente avec l’Iran, l’article affirme que « ce qui fait fonctionner le moteur de guerre est approvisonné par des Juifs américains qui ont pris la responsabilité de la lourde tâche de commencer une guerre avec un pays qui ne risque pas de menacer les États-Unis ».

Giraldi a continué en affirmant que « la question que presque tous ceux qui haïssent l’Iran sont juifs est quelque peu passée inaperçue, comme si cela n’a pas d’importance. Mais cela devrait être important. »

Philip Giraldi (Crédit : Gage Skidmore / Wikipedia)

Philip Giraldi (Crédit : Gage Skidmore / Wikipedia)

Giraldi cite une liste de Juifs qui ont été les « conduits pour les fausses informations qui ont mené à une guerre [avec l’Irak], qui s’est répandue et qui a détruit efficacement une grande partie du Moyen-Orient ».

Son article se conclut ainsi : « nous n’avons pas besoin d’une guerre avec l’Iran parce qu’Israël en veut une et certains Juifs américains riches et puissants sont heureux de la rendre possible. Sérieusement, nous n’en avons pas besoin ».

L’article a été publié mardi sur le site Web The Unz Review, qui est financé par Ron Unz, qui s’était présenté une fois à l’élection pour devenir le gouverneur de la Californie et qui est juif. Selon le Washington Examiner, la Ligue anti-diffamation (ADL) a noté en 2014 que Unz publie des idées défendues par les antisémites et soutient les idéologies anti-israéliennes, mais ne semble pas être antisémite lui-même.

Wilson a d’abord expliqué pourquoi elle a partagé cet article dans une série de tweets.

Elle a écrit : « tout d’abord, calmez-vous. Les re-tweets n’impliquent pas un soutien. Oui, [l’article est] très provocateur, mais réfléchi. Beaucoup de faucons néo-conservateurs sont juifs. Juste pour info, je suis de descendance juive (sic). Je ne suis pas en faveur de la guerre avec l’Iran ni pour la sortie du traité nucléaire iranien. Il y a tout simplement trop de gens qui sont prêts à aller à la guerre. N’avons-nous pas eu assez de temps pendant un certain temps ? Lisez l’article en entier et essayez, pendant un instant, de mettre de côté vos préjugés et de penser clairement. »

Mais plus tard, Wilson est revenue sur ses propos et a affirmé qu’elle était passé à côté des « sous-entendus grossiers » de l’article.

« OK les gars, oui, je me suis trompée. J’ai parcouru l’article, me suis concentrée sur la critique du néo-conservatisme et l’ai partagé sans voir ni considérer le reste », a déclaré Wilson.

« J’ai raté les sous-entendus grossiers de cet article et je n’ai pas fait mes devoirs au sujet de la plate-forme [où a été publié] cet article. Maintenant que je le vois, c’est évident. Excuses à tout le monde. Il y a tellement de choses qui sont problématiques et j’aurais dû le voir plus tôt. Merci de m’avoir poussée à regarder de nouveau. Je ne suis pas parfaite et fais des erreurs. C’était une erreur. Tout ce que je peux faire, c’est de les admettre, essayer d’être meilleure et lire plus attentivement la prochaine fois. Pouah. »

Dans le passé, Wilson avait déjà publié un lien vers un article de Giraldi publié sur le même site Web, selon lequel les Israéliens « avaient dansé » après les attentats terroristes du 11 septembre, a noté le Washington Examiner.

Elle a également félicité Giraldi pour un autre article intitulé « Pourquoi je n’aime toujours pas Israël ».

Le mois dernier, elle avait fait la Une des journaux quand elle a lancé une campagne de collecte d’argent sur Internet destinée à recueillir suffisamment d’argent pour acheter des actions Twitter afin de pouvoir supprimer le compte Twitter du président américain Donald Trump.