Des hommes non identifiés ont fait exploser dans la nuit de lundi à mardi la voiture d’un responsable de la sécurité au sein du ministère de l’Intérieur à Gaza, tenu par le groupe terroriste du Hamas, ont indiqué le ministère et des témoins.

Cette explosion est un signe supplémentaire des vives tensions auxquelles est en proie actuellement le territoire palestinien.

« Une bombe artisanale a endommagé la voiture d’un officier de la police militaire garée devant son domicile dans le nord de la ville de Gaza sans faire de victime », a indiqué dans un communiqué le porte-parole du ministère Iyad al-Bozoum.

Selon des témoins, la voiture appartenait au colonel Helmy Khalaf, directeur administratif et financier au sein de la police militaire.

Des attaques similaires ont eu lieu au cours des derniers mois dans la bande de Gaza, sans être revendiquées.

Cette explosion est survenue quelques heures après un rassemblement de 200 islamistes radicaux brandissant ouvertement le drapeau noir des djihadistes lundi.

Les manifestants ont brûlé le drapeau français et menacé de s’en prendre aux Français après la publication par Charlie Hebdo d’une nouvelle caricature du prophète Mahomet.

Plusieurs connaisseurs du territoire s’alarment du danger d’une perte progressive par le Hamas du contrôle qu’il exerce sur le territoire depuis 2007, et d’une montée en puissance de radicaux de plus en plus actifs et de plus en plus visibles depuis la guerre de l’été 2014.