Une nouvelle exposition au Musée de la Maison des Combattants des Ghettos, qui vient d’ouvrir en lien avec la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, démontre qu’Hitler a été soutenu par des médecins, des chercheurs et chirurgiens d’Europe et d’Amérique du Nord qui ont également soutenu sa théorie de la race supérieure.

« Médecine mortelle : Créer la race supérieure », une exposition sur plusieurs niveaux du Musée du kibboutz, a été prêtée par l’United States Holocaust Memorial Museum à Washington DC. L’exposition a déjà été accueillie par des musées à travers les États-Unis, le Canada et l’Allemagne.

L’exposition commence avec une explication de la propagation de l’eugénisme, inspiré par la théorie de « la survie du plus apte » (1859) de Charles Darwin, qui était au cœur de l’idéologie de la race d’Hitler.

Les représentations de l’eugénisme dans l’exposition permettent aux étudiants de toutes nationalités et origines de se demander ce qui se passe quand les autres ne ressembent, n’agissent ou ne parlent pas comme eux, a déclaré la directrice du musée Evelin Akherman.

« L’exposition offre une nouvelle manière d’aborder la Shoah » dit Akherman, « en particulier pour les jeunes Israéliens et Palestiniens exposés au racisme et aux stéréotypes. »

Le musée, qui a été créé par les survivants de la Shoah qui ont fondé le Kibboutz des Combattants des Ghettos, accueille souvent des groupes scolaires.

Tout le contenu de l’exposition est disponible en hébreu, en arabe et en anglais.

En plus d’expliquer le rôle d’Hitler dans la Shoah, l’exposition témoigne de l’enthousiasme et de la volonté de professionnels de la santé pour pratiquer des traitements inhumains sur les prisonniers .

« Nous pensons généralement la Shoah était uniquement la faute d’Hitler et de ses lieutenants, » a déclaré le professeur Shmuel Reis, qui enseigne l’éducation médicale à l’Université Bar-Ilan. « Mais il est devenu très évident dans les 20 dernières années qu’il y avait une direction très spécifique pour mettant en œuvre, et conseillant les scientifiques et les médecins. »

Selon Reis, la Shoah est le pire scénario qui peut sortir de la médecine et de la science.

« Nous pouvons maintenant dire que ce n’était pas des psychopathes, » a-t-il opiné. « Il ne s’agissait pas de gens fous ou particulièrement cruels. Mais de gens ordinaires, de médecins ordinaires, qui ont dévié dans ce genre d’état d’esprit »

Ce n’était pas un infime pourcentage de professionnels de la santé allemands qui ont été influencés par la théorie de la « race supérieure », mais une grande proportion de la communauté médicale de l’Allemagne et de l’Autriche, a ajouté Reis.