Une faculté de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni a présenté ses excuses après que l’utilisation d’une photographie d’Auschwitz sur une brochure de bienvenue a causé de violentes réactions auprès des étudiants. Mais le doyen du collège a expliqué qu’elle avait été publiée en relation avec un sermon qu’il devait prononcer et qui est consacré à un voyage dans le camp de la mort.

La photo du panneau tristement célèbre « arbeit macht frei » — « Le travail rend libre » – à l’entrée du camp de nazi a été utilisée sur une brochure distribuée jeudi soir aux nouveaux étudiants lors d’une cérémonie à la chapelle de l’Emmanuel College.

Un étudiant a expliqué que de nombreuses personnes ont été « troublées à juste titre » par l’image.

« Je n’ai pas la moindre idée de l’objectif possible de cette photo ou de s’il s’agit d’une plaisanterie quelconque sur l’entrée dans la vie universitaire », a déclaré l’étudiant au Cambridge News. « Je ne vois pas de raison justifiant sa présence sur la brochure. Ce que je sais cependant, c’est qu’il y a beaucoup d’étudiants très troublés ».

L’étudiant a ajouté que « de nombreux étudiants juifs vont voir la photo ».

Le doyen de la faculté a expliqué que l’image ne cherchait pas à être offensante. Il a déclaré que les affirmations selon lesquelles la présence de la photo sur la brochure serait une « mauvaise plaisanterie » étaient « horripilantes », disant que la photo accompagnait un sermon qu’il devait prononcer.

« Elle est là parce qu’une partie des membres du choeur sont allés en voyage en Pologne », a expliqué le révérend Jeremy Caddick. « Ce voyage a inclus une visite a Auschwitz. Le sermon est venu évoquer ça ».

« Cette photo a été placée là parce qu’elle est une image emblématique du mal », a-t-il ajouté.

« La première chose que je fais au cours de l’office, c’est d’expliquer pourquoi elle se trouve là. C’est un sermon consacré à la réponse que nous apportons au mal absolu. »

Caddick a ajouté que son sermon avait été inspiré par l’histoire du prêtre polonais Maximillian Kolbe, qui avait pris la place d’un prisonnier qu’il ne connaissait pas à Auschwitz où il a plus tard été assassiné par les nazis.

Une porte-parole de la faculté a dit à Cambridge News que « nous comprenons que sans contexte, cette image ait pu perturber et nous présentons nos excuses pour l’avoir utilisée d’une manière qui a entraîné une souffrance ».