Une équipe de recherche et de secours de l’armée israélienne a sauvé samedi une fillette de douze ans qui était entrée dans une zone soupçonnée d’être un champ de mines dans le sud d’Israël, ont annoncé les autorités.

Cet incident est survenu à proximité du village d’Ein Tamar, près de la frontière israélo-jordanienne. Aucun blessé n’est à déplorer.

Les zones frontalières de l’Etat juif restent des secteurs encombrés de champs de mines, en particulier sur le plateau du Golan. Même si la majorité de ces champs sont clairement signalés, des randonneurs s’y égarent encore fréquemment.

L’armée israélienne mène des opérations plusieurs fois par an pour ôter ces mines qui n’ont jamais explosé et les emmener dans des lieux stratégiques, à l’écart des zones peuplées et des circuits de randonnée.

Entre le plateau du Golan dans le nord et le désert d’Arava dans le sud, Israël a désamorcé environ 2 200 mines terrestres au cours des 20 dernières années, selon le site de l’armée.

En 2010, deux enfants avaient été blessés lorsqu’ils avaient accidentellement activé une mine au cours d’une randonnée près du mont Hermon.