Le membre du parti travailliste de la Knesset Omer Bar-Lev a été suspendu lundi et ne peut plus assister aux réunions de la puissante Commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense pour les deux prochains mois après avoir divulgué des informations classifiées en violation aux réglementations.

Bar-Lev a rejeté mardi les dires selon lesquels il avait directement remis les informations aux médias.

Il a insisté sur le fait qu’il a tout simplement omis de classer correctement les lettres qu’il avait écrites au ministre de la Défense et au chef de la commission, le député Zeev Elkin, concernant les rapports contradictoires des responsables de l’armée au comité concernant son budget.

Elkin a annoncé la suspension de Bar-Lev lundi matin. Selon un communiqué du bureau d’Elkin, il était d’accord avec Bar-Lev que la question devrait être examinée, et que les fuites ne pouvaient pas être tolérées.

Dans une interview avec la radio militaire mardi Bar-Lev a déclaré que cela avait été une erreur involontaire et que lui et Elkin ont convenu ensemble qu’il n’assisterait pas aux réunions jusqu’à la fin de la session d’été de la Knesset.

Il a insisté sur le fait que personne n’avait le droit de le suspendre de la commission.

« Il est de mon devoir en tant que membre de la Knesset de critiquer le travail de l’establishment de la défense » a-t-il expliqué.

« Lorsque nous avons approuvé le budget annuel ils nous ont présenté une chose, puis cette semaine des officiers supérieurs nous ont présenté quelque chose de différent. Quand une partie des retenues [budgétaires] ne sont pas signalées ou sont mal rapportées, notre travail consiste à demander au ministre de la défense et [au chef du comité] une explication ».

« Je pense que, du point de vue civil et national, nous sommes obligés de dire la vérité à la commission des affaires étrangères et de la défense et de lui permettre de délibérer » a-t-il ajouté.

Dans un communiqué de son bureau, Bar-Lev a déclaré que le comité devrait se préoccuper davantage de l’étude des rapports contradictoires de l’armée israélienne que d’un crime mineur qui ne nuit pas à la sécurité de l’Etat.

Un haut fonctionnaire de la défense a attaqué Bar-Lev après son entrevue, affirmant à la radio militaire que le membre de la Knesset, un ancien officier de l’armée, avait « agi de façon irresponsable et divulgué les renseignements confidentiels d’un comité, juste pour se faire de la publicité et nuire à l’establishment de la défense ».

La député du Meretz Zahava Gal-on a critiqué la suspension de Bar-Lev, dans un communiqué, accusant le comité et en particulier Elkin d’hypocrisie.

Elle a souligné qu’une enquête deux ans plus tôt avait révélé qu’Elkin avait «transmis des informations classifiées sur les mouvements de l’armée et des opérations militaires en Cisjordanie au siège du « prix à payer », qui recueillait des renseignements [sur les forces de l’armée] afin de contrecarrer les évacuations des implantations illégales ».

« Aucune mesure n’a été prise contre Elkin, s’il y a un doute » a-t-elle ajouté.

Elkin a affirmé qu’il a transmis les informations aux résidents des implantations à la demande du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour tenter d’apaiser les tensions entre l’armée israélienne et les résidents.