L’organisme-cadre représentant les municipalités israéliennes a menacé de programmer une grève à l’échelle nationale pour protester contre les coupes budgétaires générales sur le budget de l’État. Ils estiment que ces coupes porteront préjudice aux autorités locales à hauteur de centaines de millions de shekels.

Dans un courrier adressé au Premier ministre Benjamin Netanyahu et au ministre des Finances Moshe Kahlon, le Center for Local Government a écrit que les coupes budgétaires appliquées au budget de 2017, avec les réductions des fonds déjà approuvées causeront une réduction totale de 250 millions de shekels pour les aides d’État essentielles.

« Les coupes budgétaires affecteront 190 conseils municipaux ainsi que les services qu’ils fournissent à la population », a affirmé l’organisme.

« L’État d’Israël délègue à la responsabilité de sa population aux autorités locales, et ce sont elles qui s’assurent de fournir les services de base à chaque citoyen. »

« Chaque année, le gouvernement demande davantage de services et alourdit le fardeau qui pèse sur les municipalités, tout en réduisant drastiquement les budgets. »

L’organisme-cadre a prévenu que « si la trésorerie ne revient pas sur ce terrible arrêté, les services municipaux seront immédiatement interrompus. »

Dimanche, le cabinet a approuvé un budget de 1,2 milliard de shekels pour établir le nouvel audiovisuel public, construire de nouvelles écoles dans des quartiers ultra-orthodoxes et financer le relogement des résidents d’Amona, selon des sources officielles.

Ce budget a été obtenu en effectuant des coupes budgétaires dans le budget total de 2017-2018.