Une délégation du renseignement égyptien, composée du général Weil Safta, commandant-adjoint du service de renseignement du Caire, et du général de brigade Ahmad Abad el-Hallach, est arrivée à Ramallah mardi, pour une visite qualifiée « d’urgente ».

La délégation prévoit d’organiser une série de consultations sur le cessez-le-feu de Gaza et sur ​​les mesures visant à calmer les tensions.

Les deux Egyptiens faisaient partie de l’équipe de négociations entre Israël, l’Autorité palestinienne et le Hamas. Un cessez-le-feu prenant effet le 26 août a mis fin à 50 jours de combats entre Israël et le Hamas.

Cependant, à la suite des combats, les tensions ayant resurgi entre le Hamas et le Fatah ont retardé les mesures visant à reconstruire Gaza et à y améliorer la situation, selon des responsables palestiniens de haut rang.

Depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, les parties n’ont pas encore pris de décision ni pris des mesures concernant la reconstruction de la bande de Gaza.

En outre, il n’existe toujours pas d’accord entre l’Autorité palestinienne et le Hamas à propos du transfert de fonds pour payer les salaires des employés du Hamas dans la bande de Gaza – un point de friction essentiel dans les négociations du gouvernement d’union Fatah-Hamas qui avaient eu lieu avant le début des hostilités de cet été.

Selon des sources à Gaza, concernant les points de passage de Gaza, il n’y a pas eu de changement en ce qui concerne l’entrée des matériaux dans la bande de Gaza. L’importation de matériaux de construction dans la bande de Gaza a longtemps été contrôlée à la fois par Israël et l’Egypte.

L’Autorité palestinienne a mis en place un comité composé de membres du Fatah, qui établira un dialogue stratégique avec le Hamas et la force de l’organisation islamiste pour envisager un véritable partenariat ou bien un « divorce », confient des sources palestiniennes.