Eli Ben Dahan, vice-ministre de la Défense, a annoncé ses intentions de proposer une loi à la Knesset qui accorderait aux soldats prenant part à des opérations de sécurité une immunité globale contre des poursuites criminelles.

Le projet de loi de Dahan a été initié après le procès très clivant du sergent Elor Azaria, qui a été condamné mercredi pour homicide involontaire d’un terroriste palestinien déjà blessé et désarmé en Cisjordanie, l’année dernière.

La loi élargirait l’immunité accordée par la loi actuelle des actions prises par les forces de sécurité pendant une opération, aux actions prises avant et après l’opération.

« La loi envoie un message clair aux soldats israéliens : tout comme ils nous protègent, nous les protégeons », a déclaré Dahan au site internet Srugim samedi.

Dahan a déclaré que sa loi « mesurée » permettrait aux soldats israéliens de « mener leur mission de défense du pays sans la peur de possibles poursuites criminelles ».

« Nous avons vu trop de soldats et de commandants souffrir d’un long combat juridique pour finalement être acquittés, a-t-il déclaré. C’est le cas parce qu’il n’y a pas d’assurance légale ou éthique clairement exprimée que nous les protégeons pendant qu’ils remplissent leurs missions ».

La loi de Dahan n’accorderait pas l’immunité aux soldats accusés de pillage, de destruction de propriété, de corruption, de bizutage ou des crimes sexuels. Elle permettrait que cette protection légale générale soit levée dans certains cas.

« Avec mon expérience de major dans l’armée, je suis sûr que cela aidera nos soldats et je n’ai pas de doute que des députés soutiendront cette loi », a ajouté Dahan.