Les peuples persécutés et oppressés d’un bout du monde à l’autre et à travers l’histoire ont été inspirés par l’histoire de notre exode d’Egypte.

Nous étions des esclaves, Dieu nous a sauvé d’une main forte et d’un bras étendu pour nous amener sur notre terre. Mais quel était l’objectif de Dieu en nous conduisant hors d’Egypte ?

Dans l’une des lectures de l’histoire de l’Exode, celle favorisée par beaucoup des dirigeants actuels, il semble que Dieu nous ait sauvé simplement pour s’assurer de notre survie. Avec cet objectif, il nous a conduit dans la forteresse d’Israël, un lieu sûr de nos ennemis qui, s’il a été perdu pendant un certain temps, est maintenant de nouveau dans nos mains.

Nous rejetons totalement cette lecture : cela tourne en dérision l’histoire du peuple juif, que l’on considère d’un angle religieux ou laïque.

Dans une autre lecture de l’Exode, la Terre promise n’ést pas seulement un bastion dans lequel nous pouvons nous recroqueviller ou prendre des grands airs, selon les circonstances, et l’enjeu est bien plus grand qu’une simple survie.

La terre promise est un espace sûr dans lequel nous pouvons vivre sans interférence selon les plus hauts idéaux humains.

Dans la pleine mesure de principes religieux auxquels Dieu a espéré que nous adhérions, nous devons attendre avec impatience la révélation au Sinaï. Mais il y a bien plus qu’une référence à ce que Dieu avait en tête pour Sa terre promise dans Ses instructions concernant l’offrande de Pessah.

Etant donné l’effort énorme que Dieu a fait pour séparer Israël de l’Egypte, on pourrait s’attendre à une série de règles pour Israël et seulement pour Israël en tant que officiant de l’offrande de Pessah. Ce n’est pas gratuit pour tout le monde, ni les étrangers, ni les travailleurs employés ne peuvent en manger, et quiconque y participe doit être circoncis.

Mais tous les résidents étrangers sont inclus avec insistance : « Si un étranger qui demeure parmi nous voudrait offrir Pessah au Seigneur, tous ses mâles doivent être circoncis, il devra ensuite être citoyen du pays. Mais aucune personne non circoncise ne devra en manger. Il y aura une loi pour les citoyens et pour l’étranger qui vivent parmi vous (Exode 12 :48-49) ».

Dès le départ, Israël a été désigné comme un lieu où les non-israélites étaient inclus dans la plus essentielle et la plus particulière de toutes les activités israélites : la commémoration de l’Exode d’Egypte.

Le traitement d’Israël d’un petit groupe de réfugiés dans ses frontières n’est pas simplement une violation honteuse des droits de l’Homme universels. C’est une pervesion des valeurs juives et une désacralisation de la terre que nous avons le privilège d’habiter.

Et notre gouvernement ne pourrait pas avoir choisi un moment moins approprié dans notre calendrier pour renforcer les moyens de rendre intolérables les vies des étrangers dans notre pays en les reconduisant dans la soumission et l’oppression.

Diana Lipton, ancienne maître de conférence en Etudes Bibliques et Juives, King’s College London; actuellement maître de conférence en Etude Biblique à l’Université hébraïque de l’Ecole internationale Rothberg.

Chaim Milikowsky, Professeur titulaire de la Chaire, Département Talmudique, Université de Bar Ilan.