Boston – Suite à plusieurs voyages en famille dans l’Etat juif, les frères Bendetson du Massachusetts ont eu une révélation lors d’un séjour à Tel Aviv en 2010.

Pour la première fois, ils ont fait l’expérience des deux minutes de silence lorsqu’a retenti la sirène de Yom Hazikaron, le Jour du souvenir, en hommage aux soldats tombés aux combats pour la nation.

La petite famille américaine a alors observé avec stupeur les voitures se ranger sur le côté de la route et les gens s’immobiliser pour mieux se souvenir des héros tombés dans les guerres.

« Papa, pourquoi ne pas le faire dans notre pays ? », a demandé Daniel Bendetson, aujourd’hui étudiant à l’Université du Michigan.

Le reste de l’histoire : un projet de loi entériné à la Chambre des Représentants jeudi 22 mai 2014.

Le « Moment of Silence Act” appelle à respecter deux minutes de silence le Jour des Vétérans aux Etats-Unis.

En plus de se souvenir des soldats tombés au combat de la nation, plus de 22 millions d’anciens combattants américains seraient également de retour dans les consciences.

L’ancien code fédéral prévoit un « Moment du Souvenir » à 15h00, heure locale, lors du Memorial Day. Mais, en partie parce que cela correspond à une heure différente selon chaque fuseau horaire américain, il est largement ignoré.

Pour contrer le défi de l’immensité de l’Amérique, les frères ont appelé à ce que le « moment » du Jour des Vétérans soit institué dans tous les fuseaux horaires américains en même temps, à partir de 15h11 à Porto Rico et à l’ouest de Hawaii, où le rituel aura lieu à 09h11 du matin. Que des sirènes accompagnent l’instant T ou non reste incertain, a précisé Daniel Bendetson.

Il y a quatorze ans, le président Bill Clinton vait souhaité célébrer le rituel via un décret appelé « Le moment national de la loi du Souvenir ».

Notant le peu de changement depuis le décret de Clinton, les frères Bendetson ont décidé d’emprunter une voie plus longue et ardue : demander au Congrès d’adopter un nouveau projet de loi.

« Ce projet a deux objectifs », déclare Michael Bendetson, étudiant en droit à l’Université du Michigan.

« Nous avons une vision plus large qui souhaite unir le pays en honorant les anciens combattants, et les mettant sous les feux des projecteurs. Ils sont trop souvent acculés dans un coin », déplore Bendetson dans une interview au Times of Israel.

Au retour de leur voyage 2010 en Israël, les frères Bendetson se sont mis au travail.

Ayant intégré la Massachusetts State House, les étudiants étaient bien au fait des embûches politiques et des obstacles législatifs.

Pendant quatre années riches de rencontres de lobbying, d’allocutions et d’articles d’opinion, les frères ont réussi à gagner à leur cause les hommes politiques les plus célèbres du pays et à recruter une légion de partisans.

La nature bipartisane du projet a été reconnue immédiatement, lorsque l’ancien républicain Barney Frank – un libéral convaincu – et l’ancien sénateur Scott Brown – une icône conservatrice montante – ont coparrainé une version 2010 du projet de loi devant la Chambre et le Sénat, respectivement.

« Le Jour des vétérans est une occasion pour tous les Américains de se réunir pour rendre hommage au service de ceux qui ont répondu à l’appel du devoir pour que notre nation puisse rester libre », a déclaré le sénateur Brown à l’époque.

« Je suis heureux de rejoindre cette législation bipartite, bicamérale qui est née lorsque deux enfants du Massachusetts ont trouvé une nouvelle manière de remercier les anciens combattants qui ont servi notre nation », a ajouté Brown.

Plus tôt ce mois-ci, Daniel Bendetson est retourné en Israël revivre le rituel du Yom Hazikaron, la sirène d’une minute et la cérémonie spectaculaire qui s’est tenue la veille au soir au mur Occidental.

Promulguée en 1963, la commémoration en Israël comprend également une journée d’hommage télévisée, où défilent devant les écrans les noms des soldats tombés dans l’ordre chronologique.

Comme lors du Jour de l’Holocauste la semaine précédente, des sirènes marquent deux minutes de réflexion solennelle à travers le pays.

« Le président Obama conduirait une cérémonie au cimetière national d’Arlington, semblable à la célébration israélienne, et un nouveau rituel bipartisan unirait les Américains », a confié le frère cadet Bendetson au Times au lendemain du vote de la Chambre des représentants.