Un graffiti anti-musulman a été retrouvé sur les murs d’une mosquée à Fureidis dans le nord d’Israël, a annoncé mardi un porte-parole de la police.

« Des inconnus ont tracé une étoile de David et inscrit sur un mur extérieur du bâtiment ‘fermez les mosquées et ouvrez des yéchivot' », des séminaires d’études juives, a précisé à l’AFP le porte-parole Micky Rosenfeld.

« Des pneus de plusieurs dizaines de voitures garées à proximité ont également été crevés », a ajouté le porte-parole.

Selon lui, ces actes « criminels commis pour des motifs nationalistes sont extrêmement graves ».

Le 18 avril, un graffiti anti-arabe avait été retrouvé sur les murs d’une autre mosquée à Oum al-Faham, une ville située également dans le nord d’Israël.

Des colons extrémistes ainsi que des activistes d’extrême droite se livrent, sous l’appellation du « Prix à payer », à des agressions visant des villageois palestiniens ou arabes israéliens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, des militants pacifistes israéliens, voire l’armée, en réaction à des décisions gouvernementales qu’ils jugent hostiles à leurs intérêts ou des actes attribués à des Palestiniens.

Début avril, des graffitis anti-chrétiens avaient été retrouvés sur les murs du monastère de Notre-Dame de Palestine, à l’ouest de Jérusalem.