Une « nocturne républicaine » à Limoges samedi contre le spectacle de Dieudonné
Rechercher
Affaire Dieudonné

Une « nocturne républicaine » à Limoges samedi contre le spectacle de Dieudonné

Une "nocturne républicaine" aura lieu le 25 janvier, au moment même où Dieudonné donnera son nouveau spectacle au Zénith de la ville de Limoges.

Dieudonné M'Bala M'Bala au théâtre de la Main d'Or - 11 janvier 2014 à Paris (Crédit : AFP/Archives/Alain Jocard)
Dieudonné M'Bala M'Bala au théâtre de la Main d'Or - 11 janvier 2014 à Paris (Crédit : AFP/Archives/Alain Jocard)

Limoges (AFP) – Une « nocturne républicaine » pour « dénoncer toute forme de racisme » aura lieu samedi 25 janvier à Limoges, à l’initiative du député-maire PS Alain Rodet, au moment même où le polémiste Dieudonné donnera son nouveau spectacle au Zénith de la ville.

La mairie de Limoges avait été l’une des premières à manifester fin décembre son opposition à la venue de l’humoriste controversé et de son spectacle « Le mur ». La nouvelle version du spectacle, intitulée « Asu Zoa », a finalement été maintenue.

« Selon les informations que nous avons, le spectacle a bien été expurgé de ses propos antisémites. Il nous était donc difficile de prendre un arrêté sans s’exposer à des difficultés judicaires, d’autant qu’une mesure d’interdiction n’est pas toujours bien comprise du public », a expliqué le maire à une correspondante de l’AFP.

« Mais il nous a semblé capital de marquer le coup. On n’est pas n’importe quelle ville. Il y a ici une mémoire collective, qui n’a pas besoin de l’actualité pour rester à fleur de peau. Il fallait que l’on montre notre vigilance à Dieudonné M’bala M’bala qui, quelles que soient les modifications apportées à son spectacle, n’est pas avare de commentaires antisémites », a-t-il ajouté.

Placée sous l’égide de la municipalité et fédérant un collectif d’associations de défense des droits de l’homme, cette « nocturne républicaine », la première du genre, se tiendra au Musée de la Résistance, lieu symbolique de mémoire d’un des maquis les plus actifs de France.

La soirée, à laquelle sont conviées « toutes les personnes attachées aux valeurs et aux principes de la République », « dépasse la seule question antisémite », a estimé le maire: « Il s’agit de dénoncer toutes les persécutions, les stigmatisations, toute forme de racisme », a-t-il ajouté.

Militants de partis politiques, membres de syndicats ou d’associations anti-racistes et de défense des droits de l’homme ont annoncé leur participation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...