Une coalition internationale d’activistes a annoncé mardi à Istanbul son intention de faire appareiller, avant la fin de cette année, une nouvelle flottille pour tenter de briser le blocus maritime de la bande de Gaza.

« Nous voulons envoyer cette flottille en 2014 », a déclaré à la presse cette coalition, dont fait partie l’ONG islamique turque IHH à l’origine d’une précédente tentative équivalente qui s’était soldée par la mort de dix activistes turcs en mai 2010.

Les organisateurs n’ont pas précisé le calendrier de l’opération lors de leur conférence presse, organisée dans les locaux de la Fondation pour l’aide humanitaire (IHH).

« C’est une réaction à la solidarité croissante avec le peuple palestinien qui se manifeste à travers le monde », a justifié le groupe un mois après le début de l’opération militaire lancée par l’armée israélienne sur la bande de Gaza.

Les navires qui composeront cette nouvelle flottille partiront de ports du monde entier pour transporter de l’aide humanitaire à destination des Palestiniens.

« Nous allons former cette flottille avec l’objectif de montrer que la communauté internationale ne peut pas croiser les bras lorsqu’on attaque des civils et que sont commis des crimes contre l’humanité », a expliqué l’activiste canadien Ehab Lotayef.

Le blocus de Gaza a été imposé en 2007 afin, selon l’Etat hébreu, d’empêcher la livraison d’armes aux Palestiniens des islamistes du Hamas qui contrôlent ce territoire.

La justice turque a ouvert en 2012 un procès par contumace contre quatre anciens responsables de l’armée israélienne. Des négociations ont débuté entre les deux pays pour l’indemnisation des victimes turques mais elles n’ont pour l’heure pas abouti.

Elu dimanche président dès le premier tour de scrutin, le Premier ministre islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a multiplié ces dernières semaines les violentes attaques contre la nouvelle intervention militaire de l’Etat hébreu à Gaza.

L’ONG IHH est considérée comme proche des autorités d’Ankara.

Le Mavi Marmara fera partie de la nouvelle expédition qui, a indiqué à l’AFP Durmus Aydin, un responsable de IHH, « n’est d’aucune façon soutenue par le gouvernement turc ».