Une peinture d’une artiste juive sud-africaine, qui a autrefois aidé à financer la défense juridique de Nelson Mandela, et pendant des années était utilisée comme tableau d’affichage dans une cuisine londonienne, doit recueillir 1,5 million de dollars dans une vente aux enchères en septembre après avoir été expertisée.

« Arabe en noir », une œuvre de 1939 d’Irma Stern, une artiste sud-africaine majeure dont les œuvres sont récemment montées en flèche, a été repérée par Hannah O’Leary lors d’une visite d’état des lieux dans un appartement londonien, a rapporté The Guardian.

Selon O’Leary, un spécialiste de l’art sud-africain de la maison d’enchères Bonhams, le chef-d’œuvre était accroché dans une cuisine, « couvert de lettres, cartes postales et de factures ».

Le lourd cadre de la peinture, fait de morceaux d’anciennes portes sculptées dans du bois de Zanzibar, est en soi extrêmement précieux, car ces morceaux de bois sont désormais interdits à l’exportation.

La peinture a été donnée par un collectionneur à une vente de charité à la fin des années 1950 pour amasser des fonds pour Mandela et d’autres militants du Congrès national africain, jugés pour haute trahison et qui risquaient la peine de mort.

« Cette peinture est une partie importante du fonds de défense de Mandela – il y avait d’autres œuvres d’art vendues aux enchères, mais elles étaient très mineures. C’était de loin la pièce la plus importante », a déclaré Giles Peppiatt, directeur du département d’art sud-africain Bonhams, au Guardian.

Stern est née dans le Transvaal en 1894 de parents juifs allemands, et est retournée en l’Allemagne dans le sillage de la Première Guerre mondiale. Elle a beaucoup exploré l’Afrique australe, Zanzibar et la région du Congo au cours de sa carrière, et près de 100 expositions lui ont été consacrées de son vivant.

A sa mort en 1966, sa maison à Cape Town a été transformée en musée, et comprend une galerie commerciale utilisée par des artistes sud-africains contemporains.