L’organisation non-gouvernementale qui défend les droits de l’Homme, B’Tselem, a admis que l’un de ses employés avait nié l’existence de la Shoah. Elle revient sur la déclaration qu’elle avait initialement faite où elle rejetait que ces propos avaient été tenus.

L’organisation a condamné les remarques du chercheur Ataf Abu Rub, qui avait déclaré « c’est un mensonge – je ne le crois pas ». Il fait référence au génocide des Juifs par les nazis. Ces affirmations ont été enregistrées par un journaliste freelance de la Deuxième chaîne qui s’était infiltré dans l’organisation.

Après la diffusion de ce passage, Abu Rub avait affirmé à B’Tselem que cette déclaration était juste des propos déclarés par une troisième personne hors caméra qu’il rapportait. C’est pourquoi l’organisation avait, dans un premier temps, rejeté les accusations de négationnisme. « M. Abu Rub a affirmé sans équivoque que l’Holocauste était un crime horrible commis contre le peuple juif », avait déclaré l’organisation.

Cependant, après avoir vu l’interview dans son ensemble, l’organisation non-gouvernementale a admis dimanche que le chercheur avait fait cette déclaration de son propre chef.

« A la lumière de ces faits, nous revenons sur notre réponse à ce sujet, déclaration faite en toute bonne foi, et nous souhaitons éclaircir un point. L’employé de B’Tselem a bien affirmé ces choses, que nous rejetons avec mépris et dégoût », peut-on lire dans une déclaration du groupe.

Le groupe de défense des droits de l’Homme ajoute qu’il va enquêter et que la décision prise sera publiée.

Tuvia Tennenbaum, un expatrié israélien auteur de ce reportage d’investigation, s’est présenté comme un journaliste allemand et a participé à des voyages organisés en Cisjordanie, y compris un qui était organisé par les chercheurs de B’Tselem.

Au cours de l’un de ses voyages, Il s’est assis pour discuter avec Abu Rub qui l’a accusé de soutenir financièrement les Juifs. Rapidement, Tennenbaum se tourne vers le traducteur, qui se trouve hors caméra, et lui dit : « mais demande lui s’il se souvient qu’on les a aussi tué ». Abu Rub éclate de rire et répond : « c’est un mensonge, je ne le crois pas ».

Abu Rub continue en accusant Israël de tuer les Palestiniens et de se justifier en affirmant tuer que ceux qui font partie de la « résistance ». « Quelle résistance ? », demande Abu Rub, ajoutant qu’il y a « des médias puissants et ils mentent ».

B’Tselem est souvent virulent lorsqu’il critique la politique du gouvernement israélien envers les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie ou les abus supposés des droits de l’Homme des militaires israéliens.

La semaine dernière, le procureur adjoint est revenu sur la décision empêchant B’Tselem de recevoir des volontaires du Service national.

Sar-Shalom Jerby, le dirigeant de l’Administration du Service national, avait déclaré mi-août qu’il avait décidé de retirer l’autorisation accordée au groupe de défense des droits de l’Homme de revoir des volontaires « au regard des activités de l’organisation contre l’Etat d’Israël et les soldats israéliens en Israël et à l’étranger ». Mais cette décision avait été bloquée par le ministère de la Justice et ensuite par le procureur adjoint, par manque de preuves fournies par Jerby.