La principale organisation juive de Hongrie a demandé mercredi au Premier ministre conservateur Viktor Orban d’abandonner son projet controversé de monument dédié « aux victimes de l’occupation allemande », dont la construction vient de commencer à Budapest.

« Nous sommes choqués et déçus. Si même les promesses personnelles du Premier ministre ne sont pas prises en compte, alors il n’y a pas de place pour la négociation », a regretté le président du Mazsihisz, Andras Heisler, sur la radio indépendante Klubradio.

M. Orban, reconduit dimanche pour un deuxième mandat, avait récemment promis à l’organisation de la rencontrer après Pâques et de ne pas poursuivre le projet avant cette discussion.

Les travaux ont toutefois débuté mardi, provoquant dans la soirée une manifestation de 300 personnes, qui ont occupé le site dans que la police n’intervienne.

L’un des manifestants a indiqué mardi soir à l’AFP qu’ils allaient monter une garde pour empêcher le redémarrage des travaux du monument, qualifié de « mensonge » et de « geste envers l’extrême droite » mettant sur le même plan les responsables et les victimes de l’Holocauste.

Le mémorial représente la Hongrie sous la forme d’un ange attaqué par un aigle, qui serait l’Allemagne. Son inauguration est prévue le 31 mai dans le cadre des commémorations officielles des 70 ans de l’invasion de la Hongrie par l’Allemagne nazie.

Selon ses détracteurs, cette représentation nie la responsabilité de la Hongrie elle-même dans la mort en déportation de 600 000 Hongrois juifs, dont 450 000 après l’invasion nazie de 1944.

En signe de protestation, le Mazsihisz avait décidé de boycotter les cérémonies officielles.

Les opposants de Viktor Orban lui reprochent de ne pas agir suffisamment contre l’antisémitisme, et d’avoir flirté avec les thèmes du parti d’extrême droite Jobbik, alors que les incidents antisémites se sont multipliés ces dernières années.