Marre de la surabondance des marques de dentifrice dans les supermarchés américains ? Fatigué de vivre selon les attentes de la bourgeoisie juive ou tout simplement de rendre votre mère fière ?

Alors pourquoi ne pas venir en Israël, où vous pouvez libérer le sabra qui est en vous et laisser pousser des poils sur votre poitrine ?

Tel est le message d’une nouvelle vidéo de pub produite par LAPAM, l’agence de publicité du gouvernement israélien, à la demande du ministère de l’Intégration.

« Venez en Israël », implore l’annonce insolente, et très vite vous crierez sur les spectateurs dans la salle de cinéma, mangerez de la pita, vous blottirez sur la plage avec de jolies filles, et jouerez aux matkot (raquettes de plage israélienne) tout en étant assis à califourchon sur un chameau.

La pub véhicule des clichés éculés comme la banlieue américaine, les poitrines velues des Israéliens et le transport à dos de chameau.

Mais sous le vernis de la plaisanterie il y a là un appel sérieux au désir d’aventure des jeunes Juifs américains et le sentiment que ce secteur de la population se sent limité par les options que la vie juive américaine leur offre.

La vidéo fait un clin d’œil à la fois aux facteurs d’attraction et de répulsion qui jouent dans la décision d’immigrer. La seconde moitié de la vidéo joue évidemment sur les facteurs attrayants de manière exagérée et humoristique.

La première moitié de l’annonce essaye en effet de présenter la vie sûre et prospère des Juifs en Amérique du Nord comme un facteur qui les pousserait à s’installer en Israël.

Les immigrants potentiels convaincus par l’annonce peuvent même avoir un avant-goût du désordre israélien, par le simple fait que le lien de l’annonce pour les utilisateurs qui voudraient « cliquer ici » ne marche pas (au jour où j’écris ces lignes).

Une enquête rapide des commentaires des médias sociaux indique que certains spectateurs trouvent la vidéo drôle, tandis que d’autres sont irrités par son caractère insultant vis-à-vis de la vie religieuse et culturelle juive dynamique en Amérique.

D’autres encore pensent que cela démontre un décalage par rapport à la réalité de la part du ministère de l’Intégration qui diffuse une vidéo de ce type, si peu de temps après l’été difficile de l’opération Bordure protectrice.

Ce n’est pas la première fois que le ministère déclenche des controverses avec un appel à l’immigration.

En 2011, le gouvernement avait publié des annonces incitant les Israéliens qui avaient quitté le pays à retourner à la maison, de crainte de perdre leur patrimoine, provoquant ainsi un tollé dans la diaspora.

Au bout du compte, la question est de savoir si quelqu’un va vraiment considérer qu’un trop grand choix de dentifrices face à la persécution religieuse ou aux difficultés économiques est une bonne raison de s’installer en Israël.