Le polémiste français Dieudonné a exécuté le geste polémique de la « quenelle » pendant son spectacle lundi 3 février, à Nyon, en Suisse, après s’être référé « à tous ces gens qui s’en prennent à Dieudonné », parmi lesquels il a cité « la reine d’Angleterre ». Dieudonné étant interdit d’entrée sur le territoire britannique, depuis peu.

« Depuis un an, il s’en est passé, des choses. Aujourd’hui encore… Merde, qu’est-ce que j’ai fait ? Je ne sais pas » a dit Dieudonné au début de son spectacle dans la salle comble du théâtre de Nyon, près de Genève.

La décision de Londres [qui n’a pas été prise par la Reine d’Angleterre, puisqu’elle n’a pas de pouvoir] à l’encontre de Dieudonné a été prise alors que l’humoriste, au cœur d’une très vive polémique en France et condamné à plusieurs reprises dans ce pays notamment pour antisémitisme ou injures raciales, « devait se rendre au Royaume-Uni », a précisé une source gouvernementale britannique.

Selon le journal Daily Mail, il devait se produire dans ce pays et tenir une conférence de presse en soutien à Nicolas Anelka. L’un des avocats de Dieudonne, Me Jacques Verdier, a assuré lundi ne pas savoir si son client avait l’intention de se rendre à Londres pour soutenir Nicolas Anelka.

Pour Me Verdier, l’annonce du gouvernement britannique traduit « une crispation anglaise liée à la quenelle d’Anelka ». « C’est navrant, mais plus rien nous étonne dans le contexte », a-t-il ajouté.

Dieudonné en train de réaliser une quenelle (Crédit : AFP/Archives Patrick Kovarik)

Dieudonné en train de réaliser une quenelle (Crédit : AFP/Archives Patrick Kovarik)

Nicolas Anelka, attaquant dans l’équipe anglaise de football West Bromwich Albion (WBA), a réalisé une « quenelle » après avoir marqué le 28 décembre contre West Ham, un geste popularisé par Dieudonné et qui pourrait valoir au sportif une suspension d’au moins cinq matches.

Dieudonné avait publiquement réitéré son « soutien » à son « frère en humanité » Nicolas Anelka le 23 janvier dans une interview à la chaîne britannique Sky News.

Quant à Nicolas Anelka, il ne s’était pas exprimé lundi sur la mesure administrative britannique visant Dieudonné.

Pour la représentation de Dieudonné à Nyon, des huissiers étaient dans la salle et deux agents de sécurité étaient postés de chaque côté de la scène. Les autorités de la ville devaient enregistrer la représentation avec « l’assentiment » des organisateurs du spectacle, selon un conseiller municipal, Olivier Mayor.

Dieudonné est actuellement en tournée pour son spectacle « Asu Zoa », présenté comme nouveau après l’interdiction dans plusieurs villes françaises de son show « Le Mur », en raison de sa tonalité antisémite.

La Coordination intercommunautaire suisse contre l’antisémitisme et le racisme (Cicad), a tenu un stand en face du théâtre. Dieudonné a d’ailleurs cité la Cicad parmi ceux qui s’en prennent à lui.

« On entend faire acte de présence et dire qu’il n’est pas le bienvenu » en Suisse, a expliqué le secrétaire général de la Cicad, Johanne Gurfinkiel.

Certains criaient avant le spectacle « Vive la liberté » en s’en prenant grossièrement au président français François Hollande.

« Arrêtez avec l’antisémitisme, vous me faites de la pub, je ne suis pas antisémite (…) je n’ai pas dit que je ne le serai jamais, il y a des huissiers dans la salle », a déclaré Dieudonné dans son show.

Dieudonné jouait lundi soir deux représentations. La salle de 460 places affichait complet et certains billets avaient été revendus au marché noir 500 francs suisse (400 euros), soit dix fois leur prix. Dix shows au total sont programmés à Nyon.