Saas-Fee – Un village suisse niché sous un amas de glaciers dans les Alpes, connu pour ses kilomètres de pistes de ski et de snowboard, est fréquenté par des touristes de toutes les allégeances.

C’est aussi un paradis d’été pour la population ultra-orthodoxe européenne.

« Chaque communauté en Suisse renferme une plus grande population juive en été », déclare Marnin Michaels, un avocat fiscaliste américain qui réside à Zurich et a récemment acheté son propre chalet à Saas-Fee.

Cette ville sans voiture, à environ 250 kilomètres de Zurich – 3,5 heures de train et de bus – est connue pour ses 350 kilomètres de sentiers de randonnées, ainsi que son ski d’été, son snowboard et sa luge.

Pour ceux en quête d’un climat plus frais pendant le long été israélien, de nourriture casher et d’un minyan quotidien, Saas-Fee est une destination des plus attractives.

« Ce qui est formidable à propos de Saas-Fee, c’est que le village est moins connu », observe Michaels. « Ce n’est pas comme si on était à Zurich ou à Zermatt. »

En fait, la ville, un hameau de quelque 200 bâtiments, pour la plupart des hôtels et chalets, a gagné sa réputation d’escapade estivale en 1870. C’est alors que son premier hôtel a été construit, raconte Thomas Kalbermatten, qui a grandi à Saas-Fee et dirige aujourd’hui le musée de la ville.

Les enfants du terroir partent en randonnée jusqu’aux glaciers pour détacher des morceaux de glace qu’ils transportent dans des paniers tissés. La glace est utilisée pour la réfrigération et la confection de crème glacée faite maison.

Si ces jours sont révolus depuis longtemps – le glacier montre des signes de détérioration – quelques signes de ces temps anciens demeurent, tels que des cabanes en bois montées sur pilotis, parsemées dans toute la ville, autrefois utilisées pour préserver les cultures des souris, et progressivement transformées en chalets confortables.

D’autres traditions demeurent, telles que les processions estivales alpines, les festivals de yodel et les combats de vaches, qui attirent toujours un métissage de touristes, affirme Kalbermattent.

Saas-Fee se trouve également être le foyer de l’European Graduate School, avec un corps professoral qui comprend le cinéaste Claude Lanzmann et l’artiste israélienne et psychanalyste Bracha Ettinger. L’école offre des séminaires d’été de quatre semaines.

Etalages de pain (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Etalages de pain (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

C’est durant l’été que les Juifs affluent en ville.

« C’est un shtetl avec des yidden », a écrit un touriste anonyme en vacances dans le village suisse.

Ou, dans les termes d’un autre récit de voyage : « Cela plaît au yiddelach, comme Saint-Moritz, mais Saas-Fee est beau et moins huppé. »

La beauté naturelle de la région est un grand atout. Elle est nichée dans une vallée entourée de sommets enneigés, y compris le mont plus élevé de Suisse, le Dôme de 14 900 pieds.

Ce village retiré de la région du Valais est populaire les mois d’hiver, quandsa rue principale est bordée de restaurants, boulangeries, cafés, magasins d’équipement de ski et boutiques de luxe et peuplée de skieurs de tous âges.

Les skieurs et snowboarders font une halte bien méritée pour déguster des beignets vendus à l’extérieur de la boulangerie historique Imseng, ou se désaltérer d’une bière, assis sur des sièges bordés de fourrure sous les lampes chauffantes de l’un des jardins de la bière en plein air.

En été, cependant, l’aspect et l’ambiance du village se transforment. La neige est encore visible sur les sommets, comme la substance blanche sur le glacier Allalin de 3 600 mètres de haut, qui s’étend sur 20 kilomètres.

Le ski et le snowboard sont encore pratiqués, mais surtout par les équipes nationales. Vous pouvez également participer à des visites guidées de la célèbre grotte de glace du village, accessible par un funiculaire, profiter du restaurant panoramique et admirer les magnifiques vues sur la vallée et les montagnes.

Mais il est également possible d’éviter la neige et la glace et simplement s’en tenir à une randonnée dans le large éventail de sentiers des luxuriantes collines verdoyantes de Saas-Fee.

« Nous proposons de multiples options pour tous les types de randonnées et d’alpinisme dans notre vallée », affirme Joas Pirmin, de l’office du tourisme de Saas-Fee. « C’est ce que font la plupart des gens ici l’été. »

Des guides sont disponibles pour la randonnée alpine, le vélo de montagne et l’escalade – les hauteurs exigent des câbles en acier, des échelles, des crochets et des cordes. L’on conseille aux visiteurs d’acheter un Citizen Pass, qui offre alors des rabais substantiels sur de nombreuses activités locales et (surtout) des remontées mécaniques et des télécabines gratuites.

L’afflux d’ultra-orthodoxes profite à ceux qui mangent casher ou souhaitent assister aux offices à la synagogue trois fois par jour. Des services quotidiens sont organisés, et les supermarchés locaux proposent une sélection abondante de nourriture casher.

Le Chabad suisse propose une liste de produits certifiés casher disponibles dans les supermarchés locaux Migros et Coop, une mine d’or pour ceux qui cuisinent leur propre nourriture dans les chalets loués.

La ville propose une large gamme de chalets à louer et plus d’une douzaine d’hôtels familiaux, qui peuvent être consultés sur les sites Web comme Premium Switzerland ou MySwitzerland.

Les chalets coûtent généralement de 600 dollars la nuit en basse saison (avril, octobre) à 800 dollars la nuit (janvier) puis 1,200 dollars à d’autres périodes de l’année. Ces chalets peuvent contenir jusqu’à sept adultes et deux enfants.

Michaels et sa femme ont effectué d’importants travaux de rénovation de leur appartement en duplex contenant quatre chambres et deux salles de bains, une cabine de douche à vapeur et un jacuzzi pour une détente après le ski, ainsi que des balcons chauffés surplombant la vue.

Leur maison casher, comme beaucoup d’autres, peut abriter 7 personnes et est située dans un immeuble du centre-ville. Des villas, quoiqu’un peu plus éloignées du village, sont également disponibles en location.

Certains des hôtels offrent parfois de la nourriture casher sous réservation à l’avance, mais cette option se résume souvent à des repas d’avion enveloppés dans du plastique, selon les bureaux de réservation d’hôtels.

Les visiteurs casher sont mieux servis dans les supermarchés, a déclaré Reto Frenkel, qui publie un guide casher de la Suisse.

Il recommande également de lire le journal juif local, Die jüdische Zeitung, pour des informations sur les horaires et les lieux de minyan pendant l’été.