Le ministre adjoint à la Santé, Yaakov Litzman, a annoncé lundi que les pharmacies pourraient avoir en stock de la marijuana médicale pour faciliter le processus bureaucratique souvent ardu auquel font face les patients à qui on a prescrit ce traitement.

Lors d’une allocution à la commission de la Knesset contre la drogue et l’abus d’alcool, Litzman a déclaré que le système actuel de distribution de la marijuana médicale aux patients était déséquilibré.

« Aujourd’hui, les pharmacies fournissent tous types de médicaments, y compris des stupéfiants tels que la morphine, et elles le font d’une manière parfaitement ordonnée. Donc la marijuana sera traitée de la même façon », a-t-il poursuivi.

« Il sera prescrit et surveillé suivant les mêmes normes que les autres médicaments », a-t-il ajouté.

Litzman, qui dirige Yahadout HaTorah, a expliqué que cette mesure devrait alléger la pression qui pèse sur les dispensaires de marijuana médicale, qui sont surpeuplés et qui luttent pour servir des milliers d’Israéliens qui ont une ordonnance.

La présidente de la commission Tamar Zandberg (Meretz) a remercié le ministre adjoint pour sa décision « révolutionnaire » et a salué le député ultra-orthodoxe d’avoir soutenu publiquement l’initiative.

« Nous avons entendu une déclaration révolutionnaire sur cette question pour la première fois depuis plusieurs années », a déclaré la députée Meretz.

« Ceci est une énorme nouvelle. Nous vous remercions d’avoir affirmé vos principes en faisant publiquement une déclaration sur cette question. Je pense que beaucoup de gens vont accueillir [avec joie] ce changement », a-t-elle ajouté.

La députée sioniste, Shelly Yachimovich, qui siège également à la commission, a salué la décision de Litzman comme une solution humaine pour ceux qui souffrent de maladies chroniques qui sont obligés de se soumettre à un processus bureaucratique frustrant pour obtenir les médicaments prescrits.

« Le cannabis est une source d’espoir et de guérison pour beaucoup quand tous les autres médicaments ont échoué », a-t-elle écrit dans un post Facebook, notant aussi, son soutien à la dépénalisation totale de la drogue pour un usage récréatif.

Litzman a déclaré que le ministère de la Santé chercherait à publier un appel d’offres pour trouver des agriculteurs supplémentaires pour cultiver du cannabis à des fins médicales, mais son appel d’offre a été remis en question par les producteurs actuels pour des raisons techniques.

Le ministère espérait doubler le nombre de cultivateurs de cannabis approuvés par le gouvernement en Israël, qui sont actuellement au nombre de huit, a-t-il précisé.

Plus tôt cette année, Litzman a cherché à trouver des subventions publiques pour de la marijuana médicinale après que les parents de dizaines d’enfants souffrant de cas graves d’épilepsie se soient tournés vers lui pour lui demander de l’aide.

Israël a acquis une réputation d’être un producteur expert de cannabis pour une utilisation à des fins médicales comme pour le soulagement de la douleur pour les personnes souffrant de maladies graves, comme le cancer, le glaucome et la sclérose en plaques.

Parmi les pays occidentaux, Israël a déjà l’un des taux les plus élevés d’utilisation légale de cannabis par habitant, avec plus de 21 000 personnes médicalement autorisées à utiliser de la marijuana.

Le point de vue de la population envers le cannabis est en train de changer au cours de ces dernières années, non seulement en termes de soutien à son usage médicinal, mais aussi envers la dépénalisation ou la légalisation de son usage récréatif.

Le mois dernier, un certain nombre de membres de la Knesset a adopté une législation visant à décriminaliser la marijuana ce qui qui permettrait aux Israéliens âgés de plus de 21 d’avoir un plant de marijuana, 15 graines, et cinq grammes d’herbe sans être punis.

Ce mouvement, dirigé par le nouveau député Yinon Magal (HaBayit HaYehudi), avoir une plante serait légale pour usage privé, avec des individus autorisés à conserver de petites quantités de cannabis et de produits dérivés dans leurs maisons.

Des propositions de loi semblables ont été abandonnées dans le passé mais les militants pour la légalisation ont de grands espoirs cette fois, après que huit membres de la Knesset de tout le spectre politique ont indiqué qu’ils appuieraient la proposition.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.