Une société de divertissement en République tchèque a défendu son jeu sur le thème d’Auschwitz auprès des critiques qui considéraient que ce jeu était irrespectueux des victimes de l’Holocauste.

L’agence Dostaň Se Ven à Prague, dont le nom signifie « Escape » [s’échapper], a déclaré que la vente de billets pour un jeu dont l’objectif est de sortir d’une salle ressemblant à une chambre à gaz construite sur le modèle des douches à Auschwitz, était de « sensibiliser au sujet de l’Holocauste », a déclaré lundi la société sur sa page Facebook.

« Nous souhaiterions souligner que nous considérons ce sujet avec un immense respect et avec plein de considération », a affirmé la déclaration qui a été publiée en réponse à une vague de réactions négatives en ligne.

« Nous ne faisons certainement pas cela comme une blague – bien au contraire ! Nous voulons souligner la gravité de la situation et nous voulons sensibiliser davantage l’opinion à l’Histoire ».

Les billets pour participer à ce jeu sont en vente pour 15 dollars jusqu’au 27 janvier, avait informé la société plus tôt ce mois-ci. Le 27 janvier marque la Journée Internationale de commémoration de l’Holocauste.

Les autres slogans promouvant ce jeu, au cours duquel les joueurs utilisent des indices parsemés dans la pièce pour s’échapper de la fausse chambre à gaz, incluent : « vous attendez votre dernière douche ! Mais vous pouvez rester en vie si vous sortez ».

L’escape game est un jeu où les participants sont enfermés dans une salle, souvent avec un thème dramatique, où ils restent enfermés dedans jusqu’à ce qu’ils trouvent la sortie basée sur une série d’indices, d’énigmes ou de puzzles.

Petr Papousek, le président de la Fédération des communautés juives en République tchèque, a estimé que le jeu était « inapproprié », a indiqué jeudi le site d’information Zpravy Aktualne.

Environ 46 000 des 56 000 juifs qui vivaient avant l’Holocauste dans ce qui est maintenant le territoire de la République tchèque ont été assassinés à Auschwitz, l’ancien camp de la mort nazi en Pologne.

Le mois dernier, la société de jeu Rubicon basée en Grèce a annulé un escape game sur le thème d’Auschwitz après en avoir fait la publicité dans les réseaux sociaux. Les Juifs et les non-Juifs se sont plaints car avaient-ils expliqué cela était irrespectueux envers les victimes de l’Holocauste, a annoncé le site d’information de gauche Protagon.

« Dans une Pologne gelée, les murs du crématoire du tristement célèbre camp de concentration nazi pour les prisonniers, principalement d’origine juive, sentent encore des effluves de la chair humaine brûlée, dit-on », déclarait un texte promotionnel pour le jeu.

« Prenez le rôle d’un prisonnier toujours à la recherche de signes de vie de vos proches, osez rester dans l’ombre du crématoire historique, découvrez le grand secret et évadez-vous avant de vous transformer en cendres ».

Contacté par Protagon, un porte-parole de Rubicon a déclaré que le jeu avait été abandonné et que la décision de le créer n’avait pas pris en compte « que cela pourrait blesser » des personnes.

Une copie en cache de la page maintenant supprimée de la publicité du jeu sur le site de Rubicon révèle trois commentaires en grande partie positifs du jeu de ce mois-ci et du précédent.

Environ 77 % de la population juive grecque, qui était composée de 70 000 Juifs, ont été assassinés pendant l’Holocauste, principalement par des nazis allemands à Auschwitz.

L’année dernière, la Fondation Anne Frank a critiqué un escape game organisé dans une ville néerlandaise où la salle ressemblait au petit appartement d’Amsterdam où l’adolescente juive se cachait avec sa famille des occupants nazis des Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale jusqu’à leur capture et leur meurtre. Seul son père, Otto, avait survécu.