Une start-up israélienne est prête à aider les Russes à trouver les services de santé dont ils ont besoin et qui leur sont en grande partie inaccessible pour beaucoup d’entre eux.

Selon le Moscow Times, les statistiques publiées par le gouvernement russe montrent que les soins de santé « sont devenus inaccessibles pour une grande partie de la population, en particulier dans les zones rurales : les médecins ont une charge de travail accrue, compromettant ainsi les soins des patients ; la mortalité à l’hôpital a augmenté et les médecins sont inondés de paperasse ».

ArchiMedicX, une start-up israélienne, a fait équipe avec le Mail.Ru Group, la plus grande société Internet en Russie, pour fournir aux utilisateurs des informations sur les meilleurs centres de soin dans le monde et les meilleures options de traitement pour leur situation.

« Environ 50 millions de personnes voyagent par an pour recevoir des soins de santé », a déclaré Moni Milchman, le président et le PDG d’ArchiMedicX. « Nous voulons permettre à ces personnes de prendre la décision la plus éclairée tout en sélectionnant le meilleur hôpital pour une procédure médicale spécifique ».

Avec des millions de Russes qui ont un besoin désespéré d’avoir accès à de meilleurs soins qu’il serait en mesure de payer, Milchman est persuadé que le partenariat entre son entreprise avec le groupe « est essentiel. Il y a une énorme population de citoyens russophones qui cherchent souvent à l’étranger des solutions plus complètes de santé, et Health Mail.Ru, la plate-forme avec laquelle nous travaillons, est le portail sur la santé le plus populaire pour les russophones, ce qui nous permet de fournir nos services à cette grande population ».

Créé il y a à peine six mois, ArchiMedicX donne déjà à des millions de personnes dans le monde des informations sur les hôpitaux les plus appropriés à travers le monde pour leur état de santé, permettant ainsi aux utilisateurs de chercher efficacement et rapidement le traitement le moins cher adapté à leurs besoins spécifiques (budget, temps d’attente, langue, la nourriture, etc), a déclaré Milchman.

En utilisant une grande base de données, le système utilise des informations fournies par le Health Information Management Systems Society, la plus grande organisation à but non lucratif mondiale, qui collecte des informations sur les soins hospitaliers, les résultats, les programmes de traitement, le coût, les médecins, les langues parlées – et même l’opinion des patients sur la qualité des aliments – pour aider les utilisateurs à trouver le meilleur endroit pour obtenir un traitement, que ce soit à proximité ou à travers le monde.

Moni Milchman (Crédit : Autorisation)

Moni Milchman (Crédit : Autorisation)

Avec le tourisme médical qui est un domaine en plein essor, c’est le bon moment pour une plate-forme comme ArchiMedicX, a expliqué Milchman. En 2014 seulement, cette entreprise avait une valeur de plus de 100 milliards de dollars et il est en croissance de près de 20 % par an.

« Dans la plupart des pays occidentaux, la décision d’aller à un hôpital est basée sur du ouï-dire, en fonction de ce qu’on entend des amis et des parents dire d’une institution, en particulier pour les interventions électives. Dans quelques cas, vous pourriez obtenir un avis professionnel, mais cela pourrait être parce que le médecin est affilié à cette institution ».

En conséquence, l’information médicale est l’une des recherches les plus populaires sur Google. Aux États-Unis seulement, a précisé Milchman, 80 % des utilisateurs d’Internet recherchent des informations médicales régulièrement. Sur ce chiffre, 56 % cherchent des informations sur un problème médical spécifique qui les affecte ou un être cher, et un total de 36 % des utilisateurs d’Internet cherchent en ligne des informations sur les hôpitaux ou autres établissements médicaux.

Dans d’autres pays, la situation peut être encore plus confuse. « Dans les pays en développement, il n’y a pas d’opinions ou des ressources en données », a noté Milchman, et dans de nombreux cas, les patients préfèrent tenter leur chance à la maison plutôt que d’entrer dans un hôpital pour subir un traitement, quand il n’est pas du tout certain qu’ils iront mieux – ou même en sortir en vie.

Cela résume la situation en Russie, selon l’article du Moscow Times, qui cite de nombreux experts sur la situation morose auxquels les malades doivent faire face. Près de 18 000 villes et villages n’ont pas du tout accès aux soins médicaux, selon le Service d’Etat des statistiques.

« De 2005 à 2013, le nombre d’établissements de santé dans les zones rurales ont diminué de 75 %, ils sont passés de 8 249 à 2 085. Ce chiffre comprend une baisse de 95 % du nombre d’hôpitaux de quartier, qui sont passés de 2 631 à seulement 124, et une baisse de 65 % du nombre de centres de santé locaux, qui sont passés de 7 404 à 2 561 », selon les statistiques citées dans l’article.

Cette situation s’explique par le manque d’argent mais pour les Russes qui ont besoin de soins médicaux, ce qui importe est de savoir comment ils peuvent obtenir le traitement dont ils ont besoin. Quand on leur laisse le choix, de nombreux patients se dirigent vers l’étranger et c’est la raison pour laquelle ArchiMedicX a été choisi par Mail.Ru pour fournir les données nécessaires, a expliqué Evgeny Paperny, le directeur de Health.Mail.Ru.

« Au Mail.Ru Group, nous nous sommes toujours efforcés à fournir les meilleurs services pour les millions de Russes qui utilisent nos produits tous les jours. La santé est l’un des sujets les plus recherchés et dont on parle sur notre portail. En tant que tel, nous sommes impatients d’offrir les possibilités de soins de santé d’ArchiMedicX à nos nombreux utilisateurs qui recherchent des traitements médicaux et des solutions ».