La start-up de technologie financière israélienne Behalf, qui propose des services d’avance de trésorerie à des petites et moyennes entreprises, a annoncé avoir fourni des millions de dollars en prêt à des utilisateurs américains.

L’entreprise espère devenir à long terme une importante institution financière.

« Nous fournissons un fonds de roulement à court terme à des entreprises qui en ont besoin », a déclaré Benjy Feinberg, qui a cofondé l’entreprise avec son frère Shai à Raanana en 2011.

La technologie logicielle de Behalf permet aux utilisateurs d’obtenir immédiatement des avances de trésorerie allant de 2 000 à 50 000 dollars. Mais au lien de donner l’argent aux emprunteurs, Behalf paie directement leurs fournisseurs, puis collecte les fonds auprès de la banque de l’emprunteur à une date prédéterminée.

Les emprunteurs se connectent sur le site de Behalf, répondent à quelques questions simples, et peuvent obtenir en quelques secondes une avance de liquidités. Les fonds demandés sont versés directement à la personne qui doit être payée, le jour même.

La technologie de Behalf, basée sur les données de masse, ou big datas, des analyses prédictives et des algorithmes, permet à l’entreprise de déterminer très vite le risque et la solvabilité d’un client, permettant ainsi d’évaluer le montant du prêt que Behalf peut accorder à chacun.

« Le système bancaire d’aujourd’hui est généralement équipé pour donner de l’argent aux gros clients, puisque les petits leur coûtent plus d’argent : vous devez rencontrer le client, examiner la solvabilité de chacun d’entre eux. Tout cela coûte du temps et de l’argent, a déclaré Feinberg. Avec une technologie internet comme la nôtre, la machine peut faire des transactions, petites ou grosses, pour le même coût, nous permettant ainsi de fournir un financement à ces petites entreprises qui ne trouvent pas de réponse à leurs besoins aujourd’hui. »

La scène de la technologie financière israélienne en est toujours à ses débuts, mais connait une croissance importante depuis deux ans, a montré un rapport de l’entreprise Meidata pour la banque Leumi.

Plus de la moitié des 200 entreprises du domaine emploient moins de dix salariés, et la plupart d’entre elles ont été fondées ces deux dernières années. Ces entreprises travaillent dans différents domaines, et développent des produits allant de l’amélioration de l’attribution de prêts à des solutions de gestion de capital et de transfert d’argent virtuel.

A la fin du troisième trimestre 2016, le financement mondial total des entreprises de technologie financière était de 17,8 milliards de dollars, selon des données de CB Insights et KPMG.

La concurrence est rude

Il existe beaucoup de concurrence pour fournir des prêts aux petites entreprises, a déclaré Feinberg, mais il n’y a pas d’autre solution comme celle de Behalf, chez qui les prêts sont taillés sur mesure pour acheter des produits « d’une manière si simple et si douce, via un téléphone portable. »

Feinberg, qui a émigré en Israël depuis l’Afrique du Sud après le lycée, a travaillé comme banquier d’investissements à New York avant de lance sa start-up.

« Nous devons prendre les bonnes décisions de crédit. Nos données automatisées et nos algorithmes, contrairement aux systèmes patrimoniaux manuels, nous aident à déterminer rapidement la qualité de l’emprunteur, et c’est pour cela que nous pouvons garantir même 2 000 dollars de manière rentable », a déclaré Feinberg.

Victory Park Capital, une firme d’investissements spécialisée dans le crédit alternatif, fournit à Behalf les fonds dont elle a besoin pour accorder un crédit à ses clients. Les taux d’intérêts des prêts de Behalf sont de l’ordre de 1 à 3 %.

« Nos intérêts sont standards. Nos taux sont similaires à ce que vous paieriez pour un prêt bancaire ou un transaction sur une carte de crédit », a déclaré Feinberg.

A ce jour, Behalf, qui emploie 70 personnes aux Etats-Unis et en Israël, a permis à des emprunteurs américains d’avoir accès à des prêts totalisant des millions de dollars, et l’entreprise est en conformité avec la loi américaine, a déclaré Feinberg.

Prendre les bonnes décisions de crédit est ce que fait la technologie de Behalf, a-t-il déclaré. Et l’entreprise a mis en place un mécanisme de provisions pour protéger les prêts accordés. « Vous devez prendre de mauvaises décisions, perdre de l’argent pour apprendre, et ainsi améliorer le modèle. »

Et tout comme internet a changé la façon dont les consommateurs achètent des livres ou des vêtements, il joue à présent un rôle dans la manière dont nous sommes financés, a-t-il déclaré. « Nous construisons une entreprise pour le long terme, a-t-il déclaré. Notre objectif est de devenir une immense institution financière. »

Behalf a levé à ce jour 160 millions de dollars à des fonds de capital-risque, dont Sequoia Capital, Spark Capital, MissionOG, Vintage et Viola Growth. En novembre, il a été reconnu comme une « star montante » des récompenses annuelles Fast50 de Deloitte Technology, avec une croissance de 357 % en 2014 – 2015.