Les balles sur la ligne sont souvent un cauchemar tant pour les joueurs que pour l’arbitre.

Alors qu’un système de contrôle, le Hawk-Eye est utilisé sur le circuit professionnel, une société israélienne a mis au point un programme intelligent qui permettra aux stars du tennis comme aux amateurs du dimanche de jeter un oeil au plus près des décisions litigieuses.

Mais à la différence de Hawk-Eye, qui utilise six caméras et identifie une balle à cinq millimètres près, Smart court est plus qu’un système de contrôle.

Véritable outil de pilotage de votre entrainement, le programme vise à aider les entraîneurs à examiner les coups de leurs joueurs, l’enregistrement de la vitesse de balle, l’étude de données statistiques ou le suivi d’exercices techniques rapporte Haaretz.

Au delà de la palette technique, c’est au niveau du prix que se situe la révolution.

Hawk-Eye est limité aux professionnels et aux meilleurs tournois en raison d’un coût d’équipement par court de 100.000 dollars. Smart court ne revient qu’à 10,000 dollars.

De nombreux joueurs professionnels, séduits par l’une des 80 installations existantes en Europe ou aux États-Unis, utilise déjà le système israélien.

Novak Djokovic, Roger Federer, Maria Sharapova ou Serena Williams se sont par exemple convertis au dispositif.

Chen Shachar, directeur général de PlaySight, la société qui a développé Smart court, ne cache pas ses ambitions : « notre objectif pour les deux prochaines années est d’installer le dispositif sur au moins 200 courts afin de générer des recettes d’un montant de 10 millions de dollars pour l’année à venir. »

Ce projet, qui est un véritable exemple de transfert d’une technologie militaire vers le civil, devrait, selon Shachar, être élargi à d’autres sports comme le basket, le handball, le squash, le hockey sur glace et le football.