Une survivante de la Shoah poursuit El Al, la compagnie aérienne nationale d’Israël, pour discrimination après qu’un agent de bord lui a demandé en décembre de changer de siège parce qu’un homme ultra-orthodoxe avait refusé de s’asseoir à côté d’elle.

Renee Rabinowitz, une résidente de 81 ans de Jérusalem qui avait fui en 1941 la Belgique occupée par les nazis, a déclaré au New York Times dans une interview publiée cette semaine qu’un passager ultra-orthodoxe sur son vol de Newark à destination de Tel Aviv en décembre ne voulait pas s’asseoir à côté d’une femme. Un agent de bord lui avait alors offert un siège dans la classe affaires pour tenir compte des croyances religieuses de l’homme.

« Pour moi, ce n’est pas une question personnelle », a déclaré Rabinowitz au New York Times.

« C’est une question intellectuelle, idéologique et juridique. Je pense à moi-même, je suis ici, une femme âgée, instruite, je suis allée partout dans le monde, et un gars peut décider que je ne devrais pas m’asseoir à côté de lui. Pourquoi ? »

Le Centre d’action religieuse d’Israël (IRAC) utilise son cas dans le cadre d’un procès contre El Al. Cela se place dans une plus grande bataille pour les droits des femmes et des activistes du pluralisme religieux en Israël contre les hommes ultra-orthodoxes refusant de s’asseoir à côté de femmes à bord des avions et des autobus.

« Nous avions besoin d’un cas où un agent de bord était impliqué activement », a déclaré au journal la directrice de l’IRAC Anat Hoffman, « pour montrer qu’El Al a intériorisé le ‘commandement’ « à côté d’une femme, tu ne t’assiéras point ».

El Al a répondu dans un communiqué que toute discrimination contre des passagers est interdite et que ses agents « sont sur la ligne de front de la prestation de services pour une grande variété de passagers. »

« Dans l’avion, les agents reçoivent des demandes diverses et variées et essaient d’aider dans la mesure du possible, l’objectif étant de permettre à l’appareil de décoller à l’heure et que tous les passagers puissent arriver à leur destination comme prévu », a déclaré la société au journal.

L’avocat de l’IRAC a demandé d’El Al 50 000 shekels (11 700 euros) de dommages et interêts pour Rabinowitz, en faisant valoir qu’elle avait subi des pressions pour changer de place et qu’elles étaient dégradantes. El Al a offert 200 $ de reduction à Rabinowitz sur son prochain vol, en précisant que l’agent de bord avait précisé qu’elle n’était pas été obligée de se déplacer.