Une Tchétchène résidant aux Pays-Bas a kidnappé ses enfants néerlandais de sept et huit ans avant de les emmener en Syrie où elle a rejoint les rangs du groupe djihadiste Etat Islamique (EI), la première affaire connue du genre, a annoncé lundi le parquet néerlandais.

« Elle est probablement déjà en Syrie, et nous enquêtons sur une affaire de kidnapping », a déclaré à l’AFP une porte-parole du parquet néerlandais, Elsbeth Kleibeuker.

La réfugiée de 32 ans, dont le nom n’a pas été précisé, est partie en avion en novembre de Charleroi, en Belgique, en direction d’Athènes avec son garçon de huit ans et sa fille de sept ans.

Ils voyageaient probablement à l’aide de faux papiers, le père ayant prévenu la police de leur départ imminent, a expliqué le parquet, soulignant avoir émis une requête internationale pour que la femme soit placée en détention.

La femme et ses enfants ont ensuite été photographiés à Istanbul, retirant de l’argent à un distributeur de billets à la mi-décembre, écrit le quotidien local Limburger.

Fin décembre, elle poste sur Facebook une photo qui aurait été prise dans la ville de Tal-Abiad, sous le contrôle de l’EI, près de la frontière entre la Turquie et la Syrie.

Début janvier, elle appelle sa mère, qui réside à Maastricht, une ville du sud des Pays-Bas, et lui affirme qu’elle se trouve dans la ville de Raqa. Elle n’a pas donné de nouvelles depuis.

« La mère a emmené les enfants contre la volonté de son ex-mari, qui en a la garde », a déclaré un porte-parole du parquet, Bart den Hartigh, à la chaîne de télévision publique néerlandaise NOS.

« Malheureusement, on ne peut pas faire grand-chose s’ils sont en Syrie », a-t-il ajouté.

Au moins 160 personnes ont quitté les Pays-Bas pour rejoindre les djihadistes en Syrie et en Irak, selon le gouvernement néerlandais.

Neuf d’entre eux habitaient avant leur départ dans la province du Limbourg, dont six dans la ville même de Maastricht, ont précisé les médias néerlandais.

Ce chiffre comprend une adolescente néerlandaise, surnommée « Aïcha », qui avait été secourue par sa mère en Syrie l’année dernière après que l’adolescente s’y était rendue pour épouser un jihadiste, qu’elle considérait comme un Robin des Bois moderne.