Selon l’autopsie effectuée mercredi, l’adolescent palestinien mort en Cisjordanie pendant les manifestations de la Journée de la Nakba le mois dernier a été tué par des tirs réels, probablement de l’armée israélienne.

Nadeem Siam Nawara, 17 ans, était l’un des deux adolescents Palestiniens tués le 15 mai lors d’un rassemblement de la Journée de la Nakba à Beitunia, près de Ramallah.

L’armée israélienne, qui a indiqué n’avoir utilisé que des méthodes de dispersion non létales contre les manifestants, a refusé de commenter les résultats.

Des spécialistes palestiniens et israéliens, ainsi que deux médecins des États-Unis et du Danemark, étaient présents lors de l’autopsie, qui a eu lieu à l’Institut de médecine légale d’Abu Dis en Cisjordanie.

Une blessure indiquant une entrée et sortie de balle ont été trouvées sur le corps, et des éclats de balles ont également été constatés, selon l’agence de nouvelles palestinienne Maan.

L’emplacement des blessures a conduit les enquêteurs à croire que le feu venait de troupes israéliennes, selon les médias israéliens.

Israël a nié que tout tir à balle réelle a été utilisé pour disperser les manifestants pendant l’événement, et a maintenu que seules des balles en caoutchouc avaient été tirées.