L’armée israélienne a déclaré qu’elle mènerait une enquête sur l’incident dans lequel des soldats de l’armée ont apparemment lancé un chien sur un adolescent palestinien en décembre, après qu’une vidéo de l’attaque a refait surface lundi.

La vidéo a été téléchargée sur internet par le politicien ultra-nationaliste Michael Ben Ari, un ancien membre de la Knesset, qui a vanté l’action des soldats contre le « terroriste ».

Dans la vidéo, des troupes de l’unité canine Oketz sont vues en train d’insulter un mineur palestinien qui a été pris en train de lancer des pierres au nord de la ville d’Hébron en Cisjordanie, et ils lâchent un chien sur l’enfant.

Le chient est vu dans la vidéo en train de mordre les pantalons de l’enfant et l’enfant semble effrayé.

L’adolescent vu dans le clip, Hamza Abu Hashem, âgé de 16 ans, est connu des forces de sécurité pour des incidents passés et a récemment été condamné à 18 mois de prison pour des activités terroristes.

L'ancien député Michael Ben Ari, deuxième à droite, et Baruch Marzel avant une réunion avec le parti de l'Union nationale, le 27 Juin, 2011. gauche de Ben Ari siège Yaakov Katz. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

L’ancien député Michael Ben Ari, deuxième à droite, et Baruch Marzel avant une réunion avec le parti de l’Union nationale, le 27 Juin, 2011. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

« Les soldats donnent une leçon à ce petit terroriste. Partagez la vidéo ! Chaque petite terroriste qui prévoit de nuire à nos soldats apprendra qu’il y a un prix à payer », a écrit Ben Ari.

L’armée a répondu en expliquant qu’elle avait ouvert une enquête sur l’incident et que des dispositions allaient être prises pour empêcher que cela ne se reproduise.

L’incident a eu lieu en décembre 2014 lors d’une controntation entre plusieurs dizaines de Palestiniens et de soldats près de l’implantation de Karmei Tzur, dans le sud de la Cisjordanie.

L’affrontement a eu lieu dans une zone tampon entre l’implantation et la zone voisine où l’entrée est autorisée.

La Liste arabe unie a publié une déclaration qui « condamne fermement le terrible incident ».

« Nous demandons un enquête rapide et efficace et un procès contre les soldats qui ont attaqué l’enfant, pour des motifs de violence et de racisme, et contre quiconque ayant participé à l’incident. Nous exigeons que les personnes responsables soient traduites en justice. Nous voyons ce terrible incident comme une expression d’une dangereuse détérioration provoquée par une réalité d’occupation », pouvait-on lire dans la déclaration du parti.

L’organisation de surveillance des droits de l’homme B’Tselem a déclaré que « ceux qui envoient des soldats lancer des chiens sur des civils non armés ne devraient pas être surpris que les images fuitent sur internet et que cela nuise plus encore à la position internationale d’Israël ».