Une semaine après avoir tué par balle un adolescent palestinien qui jettait des pierres près de Ramallah, le colonel Yisrael Shomer a été interrogé dimanche par l’unité d’enquête criminelle de l’armée israélienne.

L’interrogatoire de Shomer est survenu après qu’une vidéo publiée par l’organisation israélienne B’Tselem semblait le montrer en train de tirer sur Muhammad Ali al-Kasbeh âgé de 17 ans alors que l’adolescent fuyait la scène après avoir lancé une pierre sur le véhicule de l’officier. Kasbeh a succombé plus tard à ses blessures.

Aucun acte d’accusation n’a été déposé contre Shomer, qui sert comme commandant de la Brigade Binyamin, en Cisjordanie.

L’incident est intervenu le 3 juillet au poste de contrôle de Qalandiya entre Jérusalem et Ramallah, après que l’adolescent ait jeté des pierres sur un véhicule militaire.

Selon l’armée israélienne, les militaires conduisant un véhicule à proximité du village de Cisjordanie d’al-Ram, au nord de Jérusalem, ont subi une pluie de pierres et de rochers qui a brisé leur pare-brise.

Les soldats sont sortis du véhicule et ont demandé aux lanceurs de pierres de s’arrêter, en tirant un coup de semonce en l’air. Quand l’attaque a continué, les troupes ont ouvert le feu, blessant l’un des assaillants.

Selon un reportage de la Deuxième chaîne, Shomer a soutenu lors de l’enquête qu’il craignait d’être en danger imminent au moment où son véhicule a été attaqué et qu’il a agi selon le protocole de l’armée. Il a consulté un avocat avant la rencontre avec les enquêteurs de l’armée.

B’Tselem a parlé à des témoins qui ont affirmé que Shomer avait tiré sur Kasbeh quand il était à une distance de 10 mètres, puis se dirigea vers lui et l’a poussé avec sa jambe. Ils ont dit que Shomer et ses soldats avaient quitté les lieux sans tenter de traiter les blessures de Kasbeh.

Les images de la caméra de sécurité publiées par B’Tselem semblent montrer Kasbeh jeter une pierre sur le véhicule de Tsahal à bout portant, brisant le pare-brise. Les soldats sortent du véhicule et semblent décharger leurs armes vers quelqu’un hors du champ de la caméra. Quelques instants plus tard, ils retournent au véhicule et s’éloignent.

Après l’incident, le commandant de la région Centre le général Roni Numa est arrivé sur les lieux, et après un premier interrogatoire des personnes impliquées a déclaré que le commandant de la brigade avait agi comme prévu dans des incidents de ce type.

« J’apporte mon plein soutien au commandant de la brigade et soutiens sa gestion dans cette situation où les troupes étaient en danger clair et immédiat », avait-il dit.

L’Unité des Enquêtes de la police militaire a ensuite ouvert une enquête sur l’incident.