Une cérémonie en l’honneur d’Eliezer Ben Yehuda, père de l’hébreu moderne, a eu lieu en présence de dignitaires dans une ville biélorusse associée à son passé.

La cérémonie, qui a lancé la deuxième conférence juive d’apprentissage en Biélorussie de Limmud FSU, a été tenue jeudi sur la place principale de Glubokoe, située à 150 km au nord de Minsk, où Ben Yehuda, qui est mort en 1922 dans le pré-Etat israélien, a suivi ses études juives et où sa femme était née.

Les Israéliens participant au rassemblement de quelques dizaines de personnes près de la statue en l’honneur de Ben Yehuda, qui a été érigée en 2010, comprenaient l’ambassadeur en Biélorussie Josef Shagal, et Gil Hovav, arrière petit-fils de Ben Yehuda, chef et critique gastronomique reconnu en Israël.

« Au-delà du fait qu’il était un grand homme et un visionnaire, mon arrière-grand-père était aussi un homme très soucieux d’être respecté », a déclaré Hovav dans son discours qui a été prononcé en hébreu. « Il se battait avec les personnes qui, selon lui, devaient lui montrer plus de respect, et il a rarement gagné dans sa vie ».

Né à Luzhjki en 1858, Ben Yehuda a été exposé aux études laïques alors qu’il suivait des études juives à Glubokoe. Il a immigré vers la Palestine, alors sous domination ottomane en 1881, où il s’est consacré à la modernisation et à la revitalisation de l’hébreu en inventant des centaines de mots qui manquaient alors dans la langue, y compris les mots pour arme à feu, chaussette, immigration, police et journal.

« Dans notre famille, nous classons les villes selon la taille de la rue honorant Eliezer », a déclaré Hovav après la cérémonie. « Jérusalem et Tel Aviv se classent haut, mais pas Haïfa. Votre ville se classe assez haut ».

La cérémonie était accompagnée par une fanfare et un chœur municipal composé uniquement de femmes.

Hovav a aussi dévoilé une plaque à la mémoire de Ben Yehuda dans sa ville natale de Luzhki.

Dans son discours, Shagal a déclaré que Ben Yehuda était « une des personnalités culturellement riches qui montrent à quel point les racines israéliennes ont grandi en Biélorussie ».

Souligner ces liens culturels constitue une priorité pour Limmud Biélorussie, où 600 personnes sont membres, a expliqué le fondateur de Limmud FSU, Chaim Chesler.

« Cela aide les Biélorusses, juifs ou non-juifs, à se lier à Israël et au peuple juif, a-t-il déclaré, en ajoutant que lors de la conférence de quatre jours, son groupe va inaugurer une exposition au Musée national de Minsk sur le Premier ministre Ariel Sharon, dont les parents étaient nés dans ce qui est aujourd’hui la Biélorussie.

D’autres émminents israéliens avec des racines biélorusses comprennent les anciens présidents Shimon Peres et Chaim Weizmann, et aussi les anciens Premiers ministres Menachem Begin et Itzhak Shamir.