Un représentant du nord du Texas a dit qu’une ville qui avait demandé aux habitants de certifier qu’ils ne participaient pas au boycott d’Israël pour pouvoir être aidé après un ouragan l’avait fait en raison d’une « confusion » sur une nouvelle loi adoptée par l’état.

Phil King, élu de la Chambre des représentants de l’état du Texas, a écrit la loi de l’état contre le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël, adoptée cette année. Elle a été promulguée le mois dernier.

« Il n’est pas rare d’avoir quelques confusions quand une nouvelle loi est mise en œuvre. Cette loi ne s’applique en aucun cas au type de situation qui s’est produit à Dickinson », a dit King, élu depuis 1999, samedi soir au quotidien Haaretz.

Le site internet de la ville de Dickinson accepte des candidatures des individus et des commerces qui ont besoin d’aide après le passage de l’ouragan Harvey, ayant dévasté la région en août. Selon le dossier de candidature, ceux qui signent doivent vérifier que le candidat « (1) ne boycotte pas Israël ; et (2) ne boycottera pas Israël pendant le terme de cet accord. »

Un quartier du centre de Houston, Texas, inondé après le passage de l'ouragan Harvey, le 27 août 2017. (Crédit : Thomas B. Shea/AFP)

Un quartier du centre de Houston, Texas, inondé après le passage de l’ouragan Harvey, le 27 août 2017. (Crédit : Thomas B. Shea/AFP)

Bryan Milward, fonctionnaire de la ville de Dickinson, a expliqué cette clause par la loi de l’état, signée en mai, qui demande à tous les sous-traitants de l’état de certifier qu’ils ne participent pas au boycott d’Israël. Milward a souligné que la ville ne vérifiait pas que les candidats se conforment à la cause, et indiqué qu’aucune candidature ne devrait être rejetée à cause de celle-ci.

Dickinson, une ville d’environ 19 000 habitants de la banlieue de Houston, a été sévèrement frappée par Harvey. Plus des trois quarts des maisons ont été abîmées par l’ouragan, et 830 détruites, selon Milward.

King a dit à Haaretz que la situation à Dickinson n’entrait pas dans le champ d’application de la loi, parce qu’ « ils ont des contributions privées de citoyens à un fonds de secours de la ville, et la ville a mis en place un programme pour distribuer ces fonds pour aider à nettoyer et restaurer après la catastrophe. Ce n’est pas de l’argent public, payé par le contribuable, donc la loi ne s’applique en aucun cas à ces efforts. »

King a ajouté que l’état « doit prendre des mesures pour clarifier cela, pour que quelque chose de similaire ne se reproduise pas. »

Il a déclaré, au sujet de sa loi : « c’est là-dessus que porte la loi. C’est l’Amérique. Si vous êtes un individu ou une entreprise et que vous voulez boycotter Israël, c’est votre droit de le faire. Nous ne mettons simplement pas l’argent du contribuable là-dedans. »