La reconstruction de la bande de Gaza exige la levée du blocus imposé depuis 2006 par Israël sur l’enclave palestinienne ravagée par un mois d’affrontements entre l’armée israélienne et le Hamas, a plaidé samedi un haut responsable de l’ONU.

« La crise catastrophique des déplacés dans la bande de Gaza se transforme en une crise du logement massive, avec de premières estimations selon lesquelles les maisons de 65.000 personnes ont été détruites. Et ce nombre devrait encore croître. Une crise du logement colossale se déroule sous nos yeux », a déclaré Chris Gunness, le porte-parole de l’UNRWA, l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, dans un courriel transmis à l’AFP.

La levée du blocus israélien est l’une des demandes phares des mouvements palestiniens, incluant le Hamas, dans des discussions engagées au Caire pour mettre fin aux affrontements dans la bande de Gaza.

« Les sept dernières années ont montré que reconstruction et blocus sont inconciliables. Regardez où le blocus a mené, à la guerre et une destruction massive… le blocus doit cesser », a soutenu Gunness. « Il est temps pour Israël de mettre les choses en œuvre, pas de les mettre hors de service », a-t-il ajouté.

L’Etat hébreu avait imposé en 2006 un blocus terrestre et maritime à la bande de Gaza après la capture du soldat Gilad Shalit. Le blocus avait été allégé il y a deux ans à l’issue de confrontations entre Palestiniens et Israéliens, mais de nombreuses restrictions, notamment sur certains matériaux, restent en vigueur, ce qui risque de compliquer la reconstruction de Gaza après les affrontements.