Les avocats de l’Autorité palestinienne ont affirmé jeudi qu’elle ne devait pas être tenue responsable d’attaques « folles et terribles » commises en Israël entre 2001 et 2004, pour lesquelles des victimes cherchent à obtenir des milliards de dollars de réparations devant un tribunal new-yorkais.

Les victimes américaines et leurs familles poursuivent l’Autorité palestinienne et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) devant un tribunal fédéral pour obtenir réparation après six attentats commis entre 2001 et 2004 en Israël, qui ont fait au total 33 morts et 390 blessés.

« Ce n’est pas une bonne chose de tenir le gouvernement pour responsable quand certaines personnes font des choses folles et terribles », a déclaré l’avocat de la défense Mark Rochon.

« Il n’y a pas de preuve concluante que les dirigeants de l’Autorité palestinienne ou de l’OLP aient été impliqués dans la préparation de certains actes de violence spécifiques ou qu’ils les aient approuvés », a-t-il ajouté.

Les assaillants ont tué des gens « pour leurs propres raisons », a-t-il encore noté, regrettant des « témoignages exagérés » des plaignants, effectués « au détriment de l’Autorité palestinienne » sur la base d’éléments recueillis par les agences de renseignement israéliennes.

Les plaignants veulent que l’Autorité palestinienne et l’OLP soient condamnées pour avoir soutenu des attentats commis par des islamistes du Hamas ou des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa.

Le gouvernement palestinien fait déjà face actuellement à de sérieux problèmes financiers, une part de ses revenus ayant été gelés par Israël.

L’adhésion de l’Autorité palestinienne à la Cour pénale internationale (CPI) va permettre à la CPI d’enquêter à partir du 1er avril sur les allégations de crimes commis dans les Territoires palestiniens.